Contre-Regards

par Michel SANTO

Retour sur quelques questions embarrassantes relatives au festival Trénet…

 

 

images-copie-10

 

 

Dimanche 22 décembre 2014

Je reviens sur des faits relevés lors d’un précédent billet concernant la situation à tout le moins embarrassante d’une élue de la Ville de Narbonne propriétaire , à titre privée, de la marque du festival Trenet, tout en étant son organisatrice , à titre d’adjointe au « tourisme et à l’animation » –  la Ville y apportant la plus grosse part financière… , après qu’elle ait été interpellée par des membres de l’opposition municipale. Et, plus précisément, sur la ligne de défense présentée par Nicolas de Sainte-Cluque , avocat de profession et adjoint au maire de Narbonne, qui, lors de la dernière réunion du conseil municipal, a défendu sa collègue en contestant l’invocation d’un éventuel « conflit d’intérêt », au motif  qu’il «  n’y a pas de royalties ni de bénéfices générés. », comme le rapporte le Midi Libre, dans son édition du 21 décembre.

Avant de contester cet argument, arrêtons nous quelques instants, non sur le conflit d’intérêt, en soi, mais sur ce qui me semble caractériser la situation présente, à savoir  la  « prise illégale d’intérêts ».  Sa définition tout d’abord ! La prise illégale d’intérêts, anciennement connue sous le nom de « délit d’ingérence », est un délit prévu et réprimé par l’article 432-12 du Code pénal.  Article qui définit la prise illégale d’intérêt comme le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public : de prendre, recevoir ou conserver (c’est à dire d’avoir); directement ou indirectement (c’est-à-dire, soi-même ou par l’entremise d’un proche, ascendant ou conjoint par exemple), un intérêt quelconque (qu’il soit matériel, financier par la détention de parts sociales, mais également symbolique et honorifique); dans une entreprise ou dans une opération, dont l’élu ou l’agent a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement.

Cela exposé, qui me semble correspondre à la situation dans laquelle se trouve l’adjointe au « tourisme et à l’animation » , posons nous la question à présent de savoir si l’élue concernée pourrait être condamnée sans avoir retiré un bénéfice matériel de la possession de la marque du festival Trenet . La réponse, contrairement à ce qui est argué par Monsieur de Sainte-Cluque,  est sans conteste : oui ! La Cour de cassation juge de longue date en effet  que le délit de prise illégale d’intérêt « se consomme par le seul abus de la fonction, indépendamment de la recherche d’un gain ou de tout autre avantage personnel» (Cass. crim., 2 novembre 1961, Bull, crim., n° 438).

Monsieur de Sainte-Cluque, que j’ai eu l’occasion de rencontrer et avec qui , je dois le dire ici, je pense avoir établi un contact sinon une relation faite de respect et d’hônneteté, ne m’en voudra  pas de lui rappeler ces principes élémentaires du droit en la matière. 

Je voudrais aussi, profitant de l’occasion qui m’est ainsi offerte de revenir sur cette affaire, pour me distinguer de ceux qui, avec des mots et des images d’une violence inouïe, et des accusations d’escroqueries à peine voilées,  mettent gravement en cause la dignité des personnes concernées.

Que les choses soient claires ! dans mon billet précédent, je me contentais, m’appuyant sur un article parfaitement documenté du Midi Libre signée Marie Pintado, de poser calmement et respectueusement, le problème ; et conséquemment de soulever quelques questions de bon sens, sans autre intention que celle d’obtenir des réponses argumentées de la part des principaux intéressés. Je pense même , pour être encore plus net , contrairement à ce qui est suggéré dans certains médias sociaux à coups de sous entendus aux relents diffamatoires, et jusqu’à preuve du contraire, que cette situation est plus la conséquence d’un défaut de vigilance juridique de la personne en cause, de ses collègues et de son administration, que d’une volonté délibérée d’en tirer des « profits » personnels  . 

Quoiqu’il en soit, je n’entrerai jamais dans ce genre de basse et vulgaire polémique  Mais il n’empêche, pour en revenir au fond de cette affaire, que la « prise illégale d’intérêt » me semble,  sans remonter aux années 1995 où ce « festival Trénet » fut déjà conçu et « organisé » avec les mêmes partenaire ou presque, bien caractérisée, comme je viens de le démontrer.

Ce constat fait, pour l’heure, rien d’autre ne peut être invoqué qui serve, dans des formes grossières ou insultantes, au combat politique du moment, serait-il à peine masqué par des considérations prétendument éthiques . La loyauté et la noblesse, je le sais, y font hélas! souvent défaut, surtout dans ces moments  de vives tensions électorales. Pour ma part, je ne dévierai jamais de ce qu’impose, en toutes circonstances, le respect de la dignité des autres : je tiens trop en effet à ce que l’on respecte la mienne… Et s’il m’arrivait, par passion ou légèreté, nul n’est parfait, d’y déroger, j’accorde bien volontiers le droit à quiconque de m’en faire l’observation ; et m’en trouverais flatté si la forme retenue donnait corps, si je puis dire, à ce même souci d’honnêteté intellectuelle…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • JELD

    |

    Très bien expliqué et argumenté…surtout pour un dimanche matin !

    Reply

  • Antoine

    |

    Je vous trouve bien « bon »  envers une personne qui semble – sans trop de scrupules – s’être
    auto-érigée juge et partie dans cette « histoire » … pas uniquement pour la gloire … mais soit !

    Ce qui compte maintenant c’est d’éviter que ce « scandale » ne vienne pourrir complètement la campagne des municipales qui commence, en occultant
    les vrais problèmes socio-économiques qui se posent à Narbonne et qui préoccupent les électeurs/contribuables.

    Il y a trois conditions pour cela :

    1 – Que la Justice se saisisse très rapidement de cette « affaire » et fasse son travail ;

    2 – Que le maire sortant – et candidat – se débarrasse au plus vite de son encombrante adjointe « à l’animation » mise en
    cause ;

    3 – Que le candidat, par ailleurs avocat de la société « NEST »  qui est également partie prenante  dans cette affaire, se désiste de ce dossier en faveur de l’un de ses
    confrères.

    Sur ces quelques idées de « bon sens »,  je souhaite un joyeux Noël aux lectrices et lecteurs de ce
    blog. 

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Je ne suis pas bien bon, comme vous dites… Je place chacun devant ses reponsabilités, en faisant observer qu’il me semble bien y avoir  « délit « , jusqu’à ce qu’on me démontre le contraire
    ; nul n’est infaillible, surtout dans ces questions juridiques très  » pointues « ,  sans propos directement ou indirectement diffamatoires ou allusions graveleuses. À chacun son style, n’est
    ce pas ? Je précise que le Procureur ou un simple contribuable peut en la circonstance engager une procédure… J’observe que mes deux billets, sans équivoque sur ce sujet, et même si je sais
    qu’ils sont lus par les intéressés et par nombre de personnes qui le sont ( intéressés ) par l’actualité locale, ne sont, pour le moment, publiquement commentés…sinon sur le ton de la
    polémique, et non sur le fond du sujet trait pour y contester les arguments de droit exposés… Bonnes fêtes à vous !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

      Voilà, c’est fait ! Le siège du Grand Narbonne (et les services) va quitter le centre ville pour s’installer à sa périphérie (au sein d’une zone d’activités – et commer[Lire la suite]
Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]