Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Charles Juliet, Barthélémy Tonguo, ma boulangère et moi !

  images

J’ai déjà dit, ici, que chez Adelyne, ma boulangère, on y trouvait les meilleurs pains de Narbonne et des environs, parfois des livres, et des très bons – dernièrement un Antonio Lobo Antunes: Le cul de Judas (Métaillé) -, et toujours des clients devenus depuis ses amis. Gillou, le boulanger de ma boulangère, régulièrement me lit et, un matin de cette semaine, par la voix d’Adelyne, me fait l’incroyable  surprise de me parler de Charles Juliet, dont la veille, dans une  “Chronique de Narbonne” consacrée au peintre-sculpteur  Barthélémy Tonguo, j’avais cité l’un de ses textes figurant au bas d’une des toiles de l’artiste invité. Et d’apprendre qu’il était un de leurs clients quand ils tenaient boulangerie –  “L’arbre à pain” – Adelyne et Gillou, à Jujurieux, rue de l’Église, dans l’Ain. Jujurieux où naquit en effet Charles Juliet, l’auteur d’un “Journal” dont chaque exemplaire était impatiemment  attendu  par de rares initiés, avant qu’il ne devienne célèbre après la publication d’un récit ensuite porté à l’écran : “L’année de l’éveil”. Tout est à lire chez  Charles Juliet: sa poésie, ses  écrits sur des artistes aussi, comme ceux sur Bram van Velde ou Giacometti notamment. Tout est à lire, et le lis souvent dans des pages lues  à la volée. Mais comment aurais-je pu imaginer qu’un jour j’apprendrais de ma boulangère, par le hasard d’une de mes  petites chroniques, qu’elle était aussi, en un temps et un lieu différents, la sienne? Et qu’il aimait, lui aussi, les pains de mon boulanger… Il y a des moments dans la vie où le réel rejoint la poésie et ses mystères. Inutile alors d’en comprendre le sens, il suffit de les goûter en prenant tout son temps …

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio