Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne et d’ailleurs. 9 avril! Une journée interprofessionnelle de lutte sans raisons ni “précaires”…

images

Le 9 avril, jour de mon anniversaire – et de Beaudelaire (hum!) – , soit dit en passant, la “lutte des classes”, version pépère, s’est exprimée, place de l’Hôtel-de-Ville par des slogans du genre: “Non à la politique d’austérité menée par le gouvernement et à la scélérate loi promue par le ministre Macron“, à l’appel de la CGT, FO, la FSU et Sud Solidaire. 400 manifestants! En comptant les drapeaux, peut-être? Non, sérieusement! s’étaient mobilisés des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux surtout; la pointe avancée d’une avant-garde exploitée par l’État et des présidents d’exécutifs locaux, soumise qu’elle est à des cadences infernales et vivant dans la crainte quotidienne de perdre ses emplois garantis à vie… Ce fut un flop! Qui peut entendre encore ce genre de rhétorique, en effet! Ils sont pourtant des millions à la vivre cruellement cette austérité que ne vivent point ceux qui la fustigent sous des logos syndicaux brandis à bout de bras; une austérité faite de petits boulots dans des conditions de vie et de travail épouvantables. Mais voilà, qui s’intéresse à ces soutiers de notre société? Qui leur donne la parole, leur rend leur dignité, sinon une femme-journaliste-écrivain comme Florence Aubenas :  “Le Quai de Ouistreham, L’Olivier, 276 pp., 19 €.” Ces  “invisibles”, dont elle raconte le quotidien ne sont pas qu’à Ouistreham, mais bien là, tout autour de nous, dans ma petite ville de province comme partout ailleurs dans notre belle terre de France. Mais, encore mais, nos grandes organisations syndicales ne s’adressent pas à ces travailleurs-là: trop précaires, trop isolés, trop exploités, trop tout quoi! Difficile de faire “masse” avec, évidemment! Extrait: pages 123-124:

Un des pires moments, à la section des précaires, était la rédaction des tracts. Cela se passait toujours de la même façon. Les filles commençaient à s’y mettre, puis, au bout d’un moment, un permanent du syndicat venait et lançait : «Alors, c’est pas encore terminé ? On voudrait aller boire un coup.» Il revenait un peu plus tard : «Vous mettez trop de temps. Je vais le faire pour vous.» Aucun n’avait la patience d’écouter ce qu’elles avaient à dire, et il ne fallait pas les pousser beaucoup pour qu’ils lâchent ce que, au fond, ils avaient vraiment dans la tête : ils ne les trouvaient pas au niveau, elles manquaient définitivement de « conscience de la lutte». Ils finissaient par écrire ce qu’ils voulaient sur les tracts et, le lendemain, les filles refusaient de les distribuer. Elles se faisaient traiter de «chieuses». Au fond, les gars ne trouvaient pas très sérieuses ces «histoires de bonnes femmes».

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio