Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Narbonne et Béziers, où vit-on le mieux?



IMG_0524.JPG

Narbonne à la côte avec L’Express. Après un dossier consacré à la nouvelle équipe municipale, suivi d’une étude et d’un classement sur les cinquantes villes où il fait bon vivre, au rang desquelles figure notre Cité, voici que sort aujourd’hui un numéro spécial du même hebdomadaire, doté d’un supplément réalisé par Manuel Cudel et Pierre Falga sur Béziers et Narbonne ainsi sous-titré : “Où vit-on le mieux? Cette question, ces deux journalistes me l’ont aussi posée au terme d’une long entretien dédié à leur seul objet d’étude. Un “territoire” que je connais bien, dans toutes ses composantes, y compris politiques, pour l’avoir étudié aussi dans un passé professionnel encore bien vivant à mon esprit. Comme il n’est pas question ici de faire une synthèse de ce travail, sérieux et bien informé, réalisé par Manuel Cudel et Pierre Falga, je me contenterai de faire deux observations d’ambiance. La première est que de cet ensemble de chiffres, de commentaires et d’avis de quelques personnalités politiques et économiques, Narbonne sort à son avantage de cette comparaison avec Béziers. La preuve ce propos de Robert Ménard, le maire de Béziers: ” Je suis un peu jaloux: quand j’étais adolescent, la grosse ville, c’était Béziers, les Narbonnais venaient y faire leurs courses. Ce n’est plus le cas… Nous devons reconnaître la réussite de Narbonne…”. La seconde est que si le Narbonnais-Bitterois constitue bien une ” grappe urbaine en voie de constitution” qu’il convient de structurer, cette politique se heurte à des nécessités de court et moyen terme qui poussent Narbonne sur le Lézignanais et vers Toulouse, et Béziers vers l’Agglomération Agde-Pézenas jusqu’à la frontière de la future métropole Montpelliéraine… La réforme territoriale en cours confortant cette tendance et ces dynamiques territoriales. Cela dit, tout ce qui au plan symbolique peut donner corps au Narbonnais-Bitterois doit être encouragé… Quant à la question qui me fut posée de savoir où j’aimerais vivre, et pour des raisons qui ne tiennent évidemment pas qu’à de strictes réalités objectives, j’ai finalement répondu : “la ville où je suis né”; celle où j’écris ces quelques lignes en vous invitant à lire cet excellent dossier de l’Express.

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio