Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Quelques remarques sur le nouvel exécutif du Département de l’Aude…

11081334_1562354060693230_8132235488365236595_n

André Viola a donc été hier matin président du Conseil départemental de l’Aude à l’unanimité moins un bulletin blanc (le sien) . Les deux seuls conseillers départementaux UMP élus dimanche dernier dans l’Aude ont voté pour lui, ce qui suscite l’interrogation de la presse locale et la réprobation d’une certaine fraction de la droite départementale. Pas la mienne, en tout cas, et ce pour au moins deux raisons. La première est qu’il n’y avait aucun enjeu de pouvoir dans ce troisième tour, et la seconde parce que ce binôme Martin-Marie-Christine Théron-Chet a bénéficié du soutien du PS face au candidat du FN, au second tour de ces départementales. Un geste de courtoisie et d’élégance républicaine!

Cela dit, trois remarques sur ce nouvel exécutif. Une constante, tout d’abord : la permanence, dans le premier cercle du pouvoir exécutif de l’Ouest du Département: Grand carcassonnais et Lauragais, alors que le poids et la dynamique de croissance en termes de population et d’emploi se constatent depuis de très nombreuses années sur la grande narbonnaise… Deuxième observation: si la parité, est, certes, respectée, elle ne l’est que mathématiquement; l’audace de monsieur Viola n’est pas allé en effet jusqu’à constituer un binôme Président-1er Vice-Présidente – ce qui eut été dans l’esprit de ce nouveau mode de scrutin. Enfin une “petite” troisième, plus ironique – on ne m’en voudra pas! – , pour constater que la lutte contre les stéréotypes masculin-féminin, n’est pas encore à l’ordre du jour en terres d’Aude: aux dames donc la santé et le social, et aux hommes les routes et l’agriculture… La solution était pourtant simple pour une parité territoriale et sexuée parfaite: proposer Catherine Bossis ou Hélène Sandragné à la première Vice-Présidence!

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (9)

  • Avatar

    Remy

    |

    Michel, sur l’éducation, avant que cela revienne à une dame, cette délégation était occupée par deux hommes (viola puis Maugard)

    De plus, même si la distance kilométrique entre Carcassonne et Termes (ou Baro est maire) paraît réduite, le temps de parcours de cette route sinueuse pourrait aboutir à la conclusion inverse

    ;-)

    Remy

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Vous aurez noté l’ironie de ce billet, j’espère ! Mais, mais …

      Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je viens de faire cette réponse à Jacques, Rémy!: La solution était pourtant simple Jacques! pour une parité territoriale et sexuée parfaite: Catherine Bossis ou Hélène Sandragné première Vice-Présidente!

      Reply

  • Avatar

    Lombard Jacques

    |

    Sans (aucun) doute Michel, mais un dessert même peu sucré ne peut gacher un bon repas!

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Hi, Hi ! Il fallait bien quand même que je “produise” un contre-regard sur cet événement, non?

      Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      La solution était pourtant simple Jacques! pour une parité territoriale et sexuée parfaite: Catherine Bossis ou Hélène Sandragné première Vice-Présidente!

      Reply

  • Avatar

    Rouquette

    |

    Cher Michel,; dommage que vous ne lisiez pas l’édition papier du journal. Vous y auriez lu les explications d’Henri Martin sur la “courtoisie républicaine”. Cela dit, sur le fond, je ne comprends pas bien quel message on délivre à la population par ce geste de “courtoisie” lorsqu’on a fait campagne contre le “clientélisme” et la responsabilité des sortants dans la pauvreté de l’Aude. S’abstenir, à défaut d’être plus courtois, aurait été pour le coup plus “républicain”.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ah cher Laurent! Je ne suis vraiment pas fait pour ce genre de billet , et mon point d’exclamation – j’aurais du en rajouter deux autres après ” courtoisie et élégance républicaine ” – , n’était pas suffisant pour souligner le caractère ironique de la remarque. Cela dit, sur les autres points, même si je lance aussi le “bouchon” très loin, volontairement, quand même !, il y a un fond de vérité que vous connaissez bien: au sein de la majorité départementale cette vieille rivalité entre le côté Carcassonnais et le côté Narbonnais… Bien à vous, et merci pour ce commentaire…vraiment!

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :