Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : Serge Griggio , une rive à l’autre …

10463995_10152087214307330_5400118166173032828_n

Vernissage de l’exposition -du 9 juillet au 12 septembre – de Serge GRIGGIO, artiste peintre , aujourd’hui même mardi 8 juillet, à 18 heures 30, à la mairie annexe de Narbonne Plage, salle Lykia. Je laisse le clavier à Laetitia DELOUSTAL pour présenter le travail de notre ami Serge, et sa très belle expo…

La Méditerranée, un paysage comme une invitation au voyage au-delà de l’horizon.

Une lumière forte qui trouble la perception. La vibration de la couleur sous l’emprise des éléments sème le doute. Comme un mirage. Les gris bleus du ciel jouent avec la Tramontane, les touches de terre d’ombre brûlée ondulent dans le sable. Les blancs puissants percent les vagues. Vaste étendue de terre bordée d’eau et de ciel, cette mer vue de la plage, c’est ici, mais c’est aussi tous les rivages de la Méditerranée, ailleurs là-bas. Juste de l’autre côté.

Un rivage sur lequel les constructions se disloquent pour ne plus rien avoir de réel. Le temps est en suspend, le vent s’engouffre dans les murs et soudain, la forme se prend à flotter. Le matériel semble se désagréger dans le vent. Une ombre, un vaisseau qui prend la mer. Il n’y a plus de temps, plus de lieu. On est partout à la fois.

Une plage déserte où se perdent quelques silhouettes de ci de là, délicatement esquissées sous des touches de rose, de violet, de mauve. Un couple se promène, des enfants construisent des châteaux de sable. Un homme seul médite devant l’horizon. La mer est immuable. Elle dépasse l’homme dans sa temporalité et l’interroge face à sa propre fin. Comme une inquiétude qui rapidement s’apaise face à l’immensité.

Serge Griggio nourrit ses toiles de ses nombreux voyages en Méditerranée pour rendre, dans une forme qui tend vers l’abstraction, un sentiment profond, une émotion intime du rapport de l’homme à la mer.

Mars 2014

 

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politique, administrations et médias…

Alexandre Benalla ! un cas d'école sur les relations complexes - et perverses - entre pouvoir politi

  Thierry Pfister, cet ancien journaliste du journal le Monde, qui écrivit aussi, après son passage au cabinet de Pierre Mauroy, alors premier "Premier ministre" du Président Françoi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :