Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

 

 

 

 

 

 

Dimanche 12 août de l’an 2012.

 

Mon très cher oncle,

 

Les loups ne sont pas encore entrés dans la ville, mon oncle, mais les sansonnets oui, qui y lâchent tous les soirs un épais tapis de fientes. A ces puantes déjections, une autre espèce de  prédateurs y adjoint, plus tard et jusqu’à l’aube,  d’épouvantables orgies sonores auxquelles se mêlent parfois les criailleries hystériques de tribus avinées. Ces autochtones barbares, peu nombreux mais sans scrupules, tiennent estaminets et troquets ; ils dégorgent leurs tables et leurs chaises sur les places et trottoirs autour desquelles s’amassent des êtres fatigués et vaseux qu’achèvent d’abrutir des tempêtes de décibels déversés par de monstrueux amplificateurs. Sous couvert d’animation, ces gaveurs de chairs et de gosiers assoiffés infligent des nuits blanches aux résidents souvent âgés du centre de la cité ; des personnes modestes pour la plupart d’entre elles,  bombardées d’aubades éructées par de sauvages et incultes tâcherons estivaux au généreux statut d’intermittents du spectacle. La palme de cette vulgarité citadine officieusement agréée  par le Comté revenant au si mal nommé  « Ramblas café ». Loin des odeurs de jasmin des jardins de Séville et des sons de guitares flamencas, samedi soir jusqu’à l’aube, c’est une ambiance d’usine sidérurgique qui fut infligée à tout un voisinage par les tenanciers de cette cauchemardesque taverne. L’impunité lui serait assurée, me dit-on, le Comte ayant quelque empathie pour cette influente et festive corporation. J’y vois là, mon oncle, ici comme ailleurs, un des aspects les plus avilissants de notre époque. Ton ami Murray, hélas trop tôt disparu, le dit mieux que quiconque en faisant cet affligeant constat : « Notre monde est le premier à avoir inventé des instruments de persécution ou de destruction sonores assez puissants pour qu’il ne soit même plus nécessaire d’aller physiquement fracasser les vitres ou les portes des maisons dans lesquelles se terrent ceux qui cherchent à s’exclure de lui, et sont donc ses ennemis. » Un monde où on ne se contente plus de ce viol protégé et moralisé qu’est la fête annuelle de la musique, mais qui entend désormais l’enjoindre dans notre quotidien comme l’immuable norme du Bien et du Bonheur.

 

Ce matin là, pourtant, il faisait bon entendre d’élégants et discrets jeunes gens sur la place du Château. Deux guitaristes et un « violon » s’étaient installés devant le « Soloprix » ; de vrais musiciens que personne n’attendait. Le talent et la joie réunis. L’air semblait plus léger, et leurs notes étaient bleues; une grâce inattendue, comme un parfum de manzanilla un soir d’été dans une rue de Triana

 

Bonne nuit, mon oncle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]
Au Château , on veut sauver les librairies indépendantes…

Au Château , on veut sauver les librairies indépendantes…

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :         Lire aussi : "À Narbonne, comme ailleurs, des librairies indépendantes de centre-ville menacées…" en cli[Lire la suite]
Bruxelles, formes d’une ville en forme…

Bruxelles, formes d’une ville en forme…

    Marie Demunter et Laurent Bonneau publient Bruxelles, un livre de photos et dessins dont le sujet est la capitale de la Belgique et de l’Europe. On avait déjà vu Laurent Bonneau[Lire la suite]