Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

Mercredi 27 juin de l’an 2012,

 

Enfin, cette orgie sonore de ce pantin bouclé adulé par nos tartuffes culturels de la société du spectacle en meute, obligatoire et  festif est derrière nous, mon oncle ! Que n’a-t-on coupé la tête de son « créateur » sur la place de Grèves où se pratiquait jadis, en ce jour du solstice d’été, le bûcher de la Saint-Jean. On y fêtait alors, jusqu’au milieu de la nuit, par une ronde ininterrompue, la pleine et vraie Lumière ; une chaîne humaine qui n’était brisée que pour lancer à travers les flammes l’un de ses plus fervents maillons ; l’emblème d’une purification collective bien loin de nos grandes messes éthyliques. Aussi, tu ne peux savoir, la joie qui m’envahît quand j’appris que ce dindon suréminent de la farce festive avait été renvoyé dans ses appartements de la place des Vosges par les électeurs d’Epinal. Amusante ironie de l’histoire ! Leurs traditionnelles et naïves images, qui ne montrent que le bon côté des choses, suffisaient à ses braves gens, et leur répugnait  l’idée d’y adjoindre le cliché ridicule d’un Gag Bang vieilli et momifié. Au nom de tous les mélomanes du Royaume et de tous ceux qui refusent l’embrigadement festif programmé, requis et en bande, mon oncle, je les en remercie. Au moins nous ne verrons plus ce héron prétentieux au phrasé de marchand de cravates nous servir  sa sempiternelle et mielleuse soupe sur les « arts de la rue ». Une rue, au dire d’un de mes amis resté à Narbonne, prise par des hordes de buveurs de bière assommés de décibels laissant sur leur passage d’envahissantes et fétides odeurs d’urine. Un enfer jusqu’à deux heures du matin, se lamente-t-il encore, quand nos édiles locaux et nos bistrotiers en font les choux gras de leur politique économico-culturelle comtale. Quand le monde festif est-il devenu le système même, autrement dit le monde tout court, mon oncle? Il y a bien longtemps, mais personne ne voulait le voir, précise judicieusement ton ami Philippe Murray; qui ajoute : «  On essayait, et on essaie toujours, de dissocier l’art de l’économie et la création du marché. On essayait, et on essaie toujours, de différencier les hôteliers des artistes, les artistes des touristes et les commerçants des intermittents (mais un des slogans de ces derniers était: «Commerçants avec nous, votre fonds de commerce est dans la rue»; ce qui ne les empêchait pas dans le même mouvement de dénoncer la «marchandisation des esprits»), alors que ces catégories se confondent et sont complices sous le signe du festif généralisé. » Il n’y a plus que les artistes qui ne savent pas qu’ils ne sont plus des artistes et exigent le maintien de l’art qu’ils ont liquidé; en effet, mon oncle ! 

C’est dans une bienheureuse pénombre que je t’écris ces quelques lignes. Dehors, un soleil de plomb achève d’abrutir de rares passants. Nos gazettes ont pris leurs quartiers d’été : la météo des plages y figure en bonne page ; les élections à la Cour du Roi et la guerre des roses ayant eu lieu, on compte à présent les cadavres dans les deux camps. Bodorniou, défait, n’a plus de choix : réintégrer, sans gains, le parti de la rose qu’il combattît ? Humiliant ! Prendre la tête du lilliputien parti radinal ? Risqué ! La jouer à la Gorge Raîche ?  N’est pas feu le roi de Septimanie qui veut ! En attendant, Dédé de Navarre, du comte de Labatout, nous en brosse désormais, à son corps défendant, le triste portrait d’un homme las, morne et fatigué ; celui d’un notaire provincial de la politique, prudent, attentiste et sans éclats. Quant à ses opposants, dispersés, sans chef ni stratégie, ils commentent ses erreurs, nombreuses il est vrai ; ce qui ne fait pas une politique : la critique systématique du nécessaire aménagement du mail frisant parfois la tartarinade. Ah ! j’allais l’oublier, Patrick de la Natte, se fait plus civil : on le voit, toujours aussi long, sec et de noir vêtu, dans les rues du Comté ; et l’imagier du « Tirelire » l’a croqué ce tantôt, de profil, présentant un vaste front amplement dégarni magnifié par une toute petite queue délicatement nouée.

Ce soir sera l’anniversaire de ma petite fille Charlène, mon oncle. 17 ans ! Déjà !… Nous serons dans les jardins suspendus d’un ami. Loin de tout et près de cœurs. Un léger vent de la mer rafraîchira les tonnelles ; les roses exhaleront leurs plus subtils parfums et les mots seront doux… Il y aura sans doute aussi quelques airs de musique et des rires. Une petite fête pour un grand bonheur.

Je t’embrasse, mon oncle.

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    raynal

    |

    Bon anniversaire, Charlène….

    Qu’elle n’oublie surtout pas qu’il ne faut pas etre (trop ) serieux quand on a dix sept ans, qu’elle lise bien la prose de son heureux grand père et qu’elle en retire cette substantifique
    moelle qui permet de garder un esprit sain, heureux et surtout libre…loin des étals de tous les marchands de pret a penser.

    Bisous a elle et bonne soirée a tous.

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    J’ai repris une de tes expressions: petit clin d’oeil amical… Je t’embrasse!

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :