Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans l’ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

  lr.png  

Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauquiez,  sécession de Valérie Pécresse — qui n’a aucun espace à droite ! — etc.), 71 maires et un président de conseil départemental (François Goulard, pour le Morbihan) issus de 35 départements et 12 régions, officialisent ou confirment leur soutien au président de la République, Emmanuel Macron et annoncent la création d’une « République des maires et des élus locaux » — initiative qui « contre » celle du président du Sénat (et le met en danger) : reconstruire les Républicains à partir des territoires. Une séquence nouvelle dans la recomposition en cours qui, après l’enrôlement par le Président de la République de ministres de la droite libérale et sociale, se traduit par une macronisation de troupes entières de l’aile juppéo-centriste de l’ex-UMP, des troupes bien implantées dans les territoires qui, lors des prochaines municipales, seront autant de relais de sa politique durant les trois ans qui viennent. Certains, par dépit ou ignorance ne voient là, à tort, que des comportement d’élus motivés par la peur de perdre leurs mandats, alors, qu’en bons politiques, ils ne font que suivre un déplacement massif de leur propre électorat vers la figure et la politique menée par Emmanuel Macron qui, en beaucoup de point, recoupe leurs propres préoccupations. Et nul doute que cette liste va grossir et conséquemment simplifier les conditions d’attribution du label LREM, lors de sprochaines municipale… et régionales.

Pour m’intéresser à la région Occitanie en particulier, et plus précisément à l’ex Languedoc-Roussillon, on trouve  dans le détail géographique de ce premier groupe de 72 élus,  la maire de Portiragnes (Hérault) Gwendoline Chaudoir, le maire de Sète (Hérault) François Commeinhes,  le président de Nîmes-métropole Yvan Lachaud et le maire de Pézenas (Hérault) Alain Vogel-Singer *. Un contigent important qui devrait être logiquement rejoint par d’autres maires de sensibilité  UDF, ou centriste, notamment. Il serait  surprenant que, dans l’Aude et les P.O, aucun d’entre ceux  qui partagent cette même sensibilité et qui, comme leurs collègues de l’Hérault et du Gard, sont sous une même pression constante et de plus en plus forte du RN, ne se déclarent ouverts à une telle perspective — ce dernier étant aux portes du pouvoir dans nombre de communes ! Mais le temps s’accélérant, les annonces ne devraient pas tarder ! À suivre…

*La maire d’Albi (Tarn) Stéphanie Guiraud-Chaumeil et le maire de Marmande en Lot-et-Garonne Daniel Benquet font aussi partie des signataires.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

      Il serait quand même temps que  le discours public et politique sur la transition écologique, la protection de l'environnement, la lutte contre le réchauffement climatique aband[Lire la suite]