Contre-Regards

par Michel SANTO

De l’usage des prénoms, entre insertion et distinction…

     

Cette histoire de prénoms, qui témoigneraient de la volonté de ceux qui les donnent de s’intégrer, ou pas, – leurs enfants avec – , à la communauté nationale : son histoire, sa culture, sa langue … , a provoqué un vacarme médiatique d’une intensité telle que la moindre remarque aux propos indignés – surjoués – des deux protagonistes à l’origine de cette  controverse  ne peut hélas se faire entendre. Que des enfants dont les parents ont souvent la double nationalité, portent, majoritairement, des prénoms qui les lient à leur propre histoire familiale, d’abord, est en effet incontestable ;  comme l’est tout autant la même tradition suivie dans des familles, disons, abusivement, de “souche”. Une coutume qui n’a rien d’un rite d’intégration à une communauté particulière ou à la communauté nationale, mais qui  symbolise plutôt l’inscription d’un nouveau-née dans une l’histoire, d’une parentèle ; et, de ce, fait fortement marquée par sa culture d’origine. J’observe, en outre, que cet usage régresse dans les générations qui ont suivi la mienne : les prénoms de personnages ou d’acteurs de séries américaines – orthographiés de différentes manières plus ou moins fantaisistes – ou pris dans d’autre aires culturelles ou beaucoup plus simplement inventés, afin de ne pas dépasser deux syllabes (et d’éviter, me dit-on, l’usage de diminutifs) sont désormais courants et remplissent les registres des écoles maternelles – je peux en témoigner !  Devrait-on donc, comme nous y invite Éric Zemmour, prêter l’intention, à ces parents-là, de vouloir “sortir”, eux aussi, symboliquement, de la communauté nationale ?  Alors qu’ils expriment surtout leur totale liberté de choix (pour le meilleur ou pour le pire), dans les seules limites que la loi impose dans l’intérêt des enfants (voir l’analyse juridique en cliquant ici). Finalement, cette polémique est absurdement  montée en épingle par et dans les médias, et ne sert qu’eux. Et ne fait pas avancer d’un pouce la discussion sur “l‘intégration”, ses conditions de réussite ou pas, dans la France d’aujourd’hui… Finalement, la seule constatation que l’on puisse faire est que le souci de distinction semble aujourd’hui primer sur celui de l’insertion – quel que soient les catégories sociales ou culturelles concernées ; le prénom s’est détaché de l’État et de la revendication nationale pour devenir un référent personnel.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

Scène de la vie narbonnaise… (et d'ailleurs) : Cet homme va toujours ainsi…

    Je ne le connais pas. Il doit avoir mon âge. Disons qu’il est dans un temps où les nuits sont courtes. Quand je le croise dans la rue, il siffle. Des airs joyeux. De sa compositi[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

Narbonne ! Municipales2020 : "La ville de demain se dessine à l'entrée Sud" ! Vraiment ?

  La Une de l’Indépendant de ce jour est consacrée à la visite, effectuée hier, du quartier en construction des Berges de la Robine par le président national de la Fédération Française du Bâtim[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio