Contre-Regards

par Michel SANTO

Débat à la sulfateuse entre le député Perea (LREM) et le sénateur Courteau (Ps)…

     

   

Débat à la sulfateuse entre le député Alain Perea et le sénateur Roland Courteau. L’objet de ces nuages de soufre expédiés par voie de presse : l’amendement que le député LRMR a contribué à faire voter à l’Assemblée, sur l’obligation d’indiquer le pays d’origine sur l’étiquette faciale des bouteilles de vin. Le sénateur s’étant fait “cramé” par le député au motif que le Sénat l’avait rejeté (gonflé tout de même ! Monsieur Courteau a des défauts, certes, mais de là à le confondre avec le Sénat tout entier…). Se faire traiter publiquement de “jaune”, pour quelqu’un qui défend le “rouge” et visite des caves depuis des lustres,  il y a de quoi, en effet, “l’avoir en travers du gosier”. “J’ai fait le boulot”, s’indigne le vaillant Roland, en se haussant du col devant la presse (celle des médias, pas celle trônant au milieu d’un rond-point à Gruissan, pas loin de la “coopé”) Et d’ailleurs : “à la demande du  syndicat des vignerons [de l’Aude], j’ai bien entendu défendu cet amendement”. Vous avez bien lu “à la demande” ! En représentant zelé et obéissant du lobbying viticole donc. Comme si nos parlementaires, qui n’ont pas de mandat impératif, faisaient le même métier qu’un syndic de groupes d’intérêt, de “porteurs de comportes”. Santé !

 

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Thierry Camus

    |

    Votre héro a encore frappé , j’ai nommé l’inénarrable Alain Perea . Après le missile envoyé à je ne suis plus qui , voila qu’il s’attaque avec un courage à toutes épreuves à une personne âgée (75 ans) , ce n’est pas très charitable de sa part . J’avoue Mr Santo que j’ai du mal à comprendre votre admiration pour ce personnage . Sa spécialité , c’est la traitrise : soutien à Didier Codorniou contre MH Fabre , exclu du PS , ralliement à la République en marche , un mouvement de “gauche” comme chacun sait (LOL comme dissent les jeunes) . Cela me fait penser aux gens de gauche , socialistes , communistes qui se sont couchés et qui ont fait allégeance à Vichy , heureusement pour nous , cela n’est pas la même époque . Une citation pour détendre l’atmosphère : la politique c’est comme l’andouillette , il faut que cela sente la merde mais pas trop . Édouard Herriot . Cette citation qui colle bien à notre époque ou la course à la gamelle est devenu un sport national est souvent attribuée à tort à Edgar Faure .

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Mon admiration bigre ! Moi qui admire si peu, à part quelques grands auteurs ou créateurs. Et dans ce billet ce voyez vous pas que je critique et tourne en dérision ceux de nos élus qui, les deux protagonistes en la circonstance, revendique, en se chamaillant, le statut de meilleur lobbyiste de la profession vigneronne… Et ce au moment même où l’Assemblée Nationale discute du projet de loi sur « la relation de confiance avec les élus » et de leurs rapports avec les « groupes d’intérêt » les plus divers ?

      Reply

  • Avatar

    fred

    |

    Mr Camus vous parlez de traitrise, de Vichy, moi je dirais votre mauvaise foi et révisionnisme.
    Régionales 2010, vous vous rappelez le nombre d’élus PS exclus par Martine pour soutien à Frèche (qui a gagné) ? qui trahit qui ?
    Puis le PS à réintégré tout le monde ou presque avant la présidentielle de 2012
    Législatives 2012, Codorniou devait être le candidat du PS (sa réintégration n’aurait pas été faite contrairement aux autres), un vieux pacte avec Bascou, député sortant, là encore tambouille de Martine qui désigne et présente Fabre, exclusion des élus PS pour soutien au maire de Gruissan. Qui trahit qui ?
    Il n’y a pas trahison à ne pas réintégrer un parti qui vous exclu et à aller ailleurs
    Martine et François ont détruit le PS, à quoi bon aller jusqu’au cimetière.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :