Contre-Regards

par Michel SANTO

Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

 
 

Lors du dernier conseil municipal, Didier Mouly a fait un surprenant discours introductif de politique générale. Il y a notamment déclaré que l’actualité tant nationale que locale confortait “les élus Nouveau Narbonne dans leur indépendance, loin des vieux partis politiques, des dogmes et du sectarisme.” Une sortie qui a du faire sursauter les élus LR et les conseillers les plus droitiers de sa majorité – je pense précisément à monsieur César et à ses amis  LR ; et hoqueter madame Garbay, de cette même majorité – comme certains de ses amis conseillers ouvertement favorables à LREM –, virée de sa délégation après qu’elle eut postulée  pour une investiture de ce mouvement aux dernières législatives. L’étonnant tout de même est que ces avalements permanent de couleuvres les rendent à ce point… muets. Encore hier, lors de ces dernières législatives justement, Didier Mouly ne s’était-il pas affiché en soutien de représentants de ce qu’il appelle les “vieux partis”. De madame Fabre (Ps) d’abord – dont il fit un éloge ostentatoire de son “bilan” au point de souhaiter sa réélection – , de monsieur Py (LR) ensuite – dans une amicale et complaisante vidéo siglée Nouveau Narbonne. Et que dire enfin de cette “indépendance” et de “son éloignement de tout sectarisme” maintes fois rabâchés, lui qui ne rate pas une occasion de stigmatiser les manoeuvres politiciennes du président de l’Agglo, dont se ne plaignent pourtant pas les groupes de Monsieur Py (LR) et de Monsieur Martin (Divers droite et indépendant), qui oeuvrent dans cette collectivité ; sauf à considérer évidemment que ces deux figures de droite et du centre-droit de la Narbonnaise complotent de concert avec le président de l’Agglo, Jacques Bascou, lui même désormais hors parti – il a démissionné du PS ! Bref, monsieur Mouly a du caractère et de l’humeur, pas de pensée politique cohérente. Dieu seul sait, s’il existe ! et encore, où il campe et sur quel pied il veut danser…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio