En mémoire de Bernard Lapasset.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Me.3.5.2023
 
Moments de vie.
 
« L’ancien président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Lapasset est mort, mardi 2 mai, vers 22 heures, a annoncé la FFR mercredi matin. » Il était 8 h 30, quand j’ai lu sur l’écran de mon smartphone cette « alerte » du journal le Monde. Le temps s’est alors arrêté. Brutalement. Plongé dans ma mémoire, triste et silencieux, j’ai laissé venir à moi celui de ma jeunesse. Et que d’images ; que d’images encore fraîches et bienfaisantes ! C’était un temps où, jeunes provinciaux « déracinés », nous nous retrouvions, Bernard et moi, sur les mêmes terrains de rugby de la région parisienne. Nous jouions alors dans la même équipe « corpo » des « Douanes ». Il était troisième ligne centre, j’étais à son aile, droite ou gauche, selon. Cette magnifique équipe était pour nous, dans cet univers parisien sombre, froid et humide, une seconde patrie de cœur. On y trouvait un même esprit de camaraderie ; de mêmes accents ensoleillés ; une chaleur qui terriblement nous manquaient dans nos vies banlieusardes étriquées, abstraites. Ces moments étaient des moments heureux, n’est-ce pas Alfred, André, Jean-Claude, Jean-Paul… Bernard ? Il faut que je vous le dise, mes amis : ces moments m’ont toujours accompagné ; ils étaient, sur d’autres routes professionnelles plus solitaires et risquées, mon viatique de fraternelles réjouissances de corps et d’esprit. J’ai retrouvé Bernard beaucoup plus tard. Les années avaient passé. Nombreuses ! Il venait d’être élu Président de la FFR avec la volonté de professionnaliser le rugby. Je suis alors « monté » à Paris et avons déjeuné ensemble. J’avais beaucoup changé, lui aussi. Il s’est un peu moqué de mon allure soignée de « techno ». Mais son sourire bienveillant et sa voix étaient les mêmes. Depuis, de loin, je prenais de ses nouvelles. Je le savais malade, souffrant, l’esprit égaré. Il avait 75 ans. En cet instant, celui où j’écris ces lignes, je nous revois encore dans les vestiaires de je ne sais plus quel stade. Vincennes, peut-être ! Nos adversaires étaient ceux du Crédit Lyonnais. Plus costauds et mieux vêtus, nous leur avions pourtant donné une sérieuse raclée. Haroun Tazieff était en deuxième ligne dans cette équipe de banquiers. T’en souviens-tu Bernard ?
 
 
 
 
 

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (3)

  • Avatar

    saint pasteur andre

    |

    Quel beau texte! même s’il nous tire la larme!
    Oui , en nos coeurs , ces souvenirs camphrés , sont chauds , dans ces vestiaires souvent froids et humides , ces douches peut-être tièdes peut-être froides??
    Mais quel immense plaisir n’avions nous pas à nous retrouver, comme dans une famille d’accueil , sur le pré d’ovalie ?? Nous, ces chenapans de province!! Nos plus profondes pensées pour BERNARD et à tous ses amis.

    Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    On a toujours beaucoup de peine et d’émotion lorsqu’un témoin et une amitié de notre jeunesse disparaît. J’ai ressenti la même peine le jour de ma disparition de François Leotard. Nous nous étions connus en 1975 lorsque, jeune sous-préfet, il débarquait à Fréjus

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :