Contre-Regards

par Michel SANTO

En Site Patrimonial Remarquable à Narbonne, certaines enseignes magnifient remarquablement notre patrimoine !

   

C’est une dame (que je ne connais pas !), qui s’est présentée à moi sur un célèbre réseau social, dans un de ses commentaires sur mon billet consacré à l’initiative prise par la municipalité (pour m’en féliciter d’ailleurs !) afin  “d’élaguer enfin la jungle publicitaire”  envahissant son centre et ses entrées de ville. “Chargée du suivi en Site Patrimonial Remarquable (ancien Secteur Sauvegardé) à Narbonne”, elle me faisait remarquer qu’il existait bien : “des enseignes… qui dénaturent sensiblement notre centre… qu’elles n’ont en aucun cas fait l’objet d’une demande d’autorisation “,  mais que “nous avions  de très belles enseignes commerciales réalisées par des professionnels soucieux de respecter notre Patrimoine !”. Ce que je sais, mais qui m’avait tout de même  incité (sans aucune ironie) à lui demander (en message privé de surcroît), quelques exemples pour justement en faire la promotion sur ce site. Sa réponse (publique, elle)  fut de m’inviter “à traverser nos rues commerçantes du centre ville et d’observer les devantures commerciales ainsi que les enseignes qui les composent et d’avoir (si j’y parvenais) “un regard objectif (pour une fois)”, pour ne pas manquer  d’être surpris “non seulement par les belles réalisations que vous découvrirez mais également par ce sentiment agréable d’être connecté sur le positif !” Connecté sur du positif grâce à de belles enseignes commerciales du centre-ville !  Bigre ! Et de m’inviter, pour l’être (connecté), à traverser nos rues commerçantes, moi qui réside en centre-ville depuis plus de 10 ans déjà, et qui, tous les jours, en explore des kilomètres. Mais le plus drôle finalement n’est pas cette ordonnance thérapeutique au style new age mâtiné “d’esprit” iphonique si caractéristique de notre temps. Le plus extravagant, en effet,  est plutôt dans ses conséquences (c’est une hypothèse) sur ma façon habituelle de voir (ou ne pas voir) certains décors urbains, notamment.  J’ai dû passer, en effet, des milliers de fois dans la rue Droite (qui ne l’est pas !), comme dans cette petite rue aussi qui lui est perpendiculaire, pour me rendre ensuite à la cathédrale Saint-Just-Saint-Pasteur (j’aime l’atmosphère des églises !), et jamais, je le confesse (laïquement !), je n’avais fait attention à cette ostentatoire enseigne vantant les beautés de caniches en “surpoils” passés sous les ciseaux d’un spécialiste de ce genre de clebs. Dans l’axe et face à l’entrée (la grande!) de la célèbre cathédrale ! Sur le coup, si je puis dire, j’en demeurais stupéfait (au point d’ailleurs de me demander s’il ne s’agissait pas là d’une provocation d’un commerçant libre-penseur) tout en faisant l’amer constat de mon aveuglement passé (et quotidien…). Et de me demander encore si  je ne dois qu’à ma courtoise “Chargée du suivi en Site Patrimonial Remarquable” municipale cette tardive prise de conscience… (après tout, la Providence a aussi des raisons que la raison ignore !) Bref ! toujours est-il que cette enseigne un poil (façon de parler) vulgaire, ainsi placée face au “Trésor” de notre ensemble monumental, se présente désormais à ma vue comme l’emblème même d’un certain “jemenfoutisme” (euphémisme) collectif envers notre patrimoine historique et culturel. Et  qu’il conviendrait, très vite, d’en effacer la trace (le diable est toujours dans le détail !) Alors, et alors seulement, peut être, serai-je enfin habité par ce “sentiment agréable d’être connecté sur le positif !”.

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et du Travail…

Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et d

    Il faut bien le reconnaître, le Palais des Arts des Sports et du Travail a toujours fait l'objet d'un rejet esthétique, culturel et politique de la part des élus de droite et de gauche [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio