Contre-Regards

par Michel SANTO

Gérard Calvet était un peintre du bonheur ! Il vient de nous quitter…

Gérard Calvet. Collection privée.


C’est avec un étonnement douloureux que j’ai appris le décès de Gérard Calvet, un peintre de mes amis , – malgré notre grande différence d’âge. Son sourire, son regard malicieux vont nous manquer ! Il était né en 1926 à Conilhac-Corbières dans l’Aude ; et après des études secondaires au Lycée de Carcassonne, il est “monté” à Paris, en 1945, pour entrer à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Eugène Narbonne où il fut  particulièrement impressionné par l’art vigoureux et incisif de Bernard Buffet. Il y cotoie alors des sculpteurs aussi différents que César, André Jaoul, et Georges Oudot. Il sera aussi profondément marqué par la vitalité de l’école de Paris figurative et notamment Lorjou, Rebeyrolle… Leur fréquentation oriente son art vers un réalisme fait d’empatements à dominante ocre et brune. Revenu dans le Midi avec un bagage artistique solide, il adhére, ensuite, dans les années cinquante, au Groupe Montpellier-Sète dont le chef de file était François Desnoyer, avec Georges Dezeuze, Pierre Fournel… À leurs manifestations sont invités aussi des peintres amis du groupe, dont Pierre Ambrogiani, Maurice Sarthou, Marcel Bouissou… Dès cette époque, la peinture de Gérard Calvet est déjà tournée vers la couleur et trouve sa véritable place dans son nouvel environnement pictural. Aujourd’hui, ses œuvres figurent dans les collections particulières de nombreux pays ainsi que dans celles d’une douzaine de musées français et étrangers : le Musée national d’art moderne et le Musée d’art moderne de Paris, le Musée royal de Suède, le Louisiana au Danemark ou le Sparkasse d’Heidelberg. Sans oublier bien sûr le Musée Fabre de Montpellier, Paul Valéry de Sète et le Musée de Narbonne. J’ai  encore le souvenir précis d’un dîner en compagnie de notre ami commun André Soulier dans son appartement de Montpellier, où il habitait avec son épouse Yvonne… Autour de nous, les toiles de ses amis peintres veillaient sur notre conversation. Des peintres sur lesquels Gérard ne manquait pas de nous raconter quelque anecdote sur leur vie ou leur art. C’était un homme de petite apparence physique et  d’une grande modestie. La simplicité même ! Une simplicité rayonnante.  Il portait sur le monde, à plus de 90 ans encore, un regard optimiste et d’une grande sensualité… Charnel ! Ses toiles au style très personnel – ses compositions, sa chromatique sont reconnaissables entre mille – en témoignent. Elles nous disent que ce monde est beau… Oui ! Gérard Calvet était un peintre du bonheur. Il savait en saisir, dans ses paysages, ses natures mortes, ses nues, l’éternelle présence. Tout l’émerveillait !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Avatar

    Didier

    |

    Il est décédé en revenant de l’enterrement de son épouse. J’avais son Pic Saint Loup dans mon bureau

    Reply

  • Avatar

    BELE Nadia

    |

    J’ai très bien connu Gérard Calvet puisque nous fûmes collègues au Lycée professionnel de Montpellier, lui comme professeur de dessin, moi, enseignant le français. J’ai posé pour lui, lorsqu’il a réalisé ses sanguines en 1981 et j ai toujours, en bonne place dans ma chambre, un nu dont il m’avait fait don en remerciement de mes séances de pose. Ayant quitté la région montpelliéraine, je n’ai pas été avertie de son décès et c’est en consultant ce site que j’en ai pris connaissance. C’était un collègue charmant et un ami sincère.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Merci pour votre témoignage Nadia. J’ai un pastel de Gérard, un nu précisément : peut être vous ! Bien cordialement …

      Reply

  • Avatar

    Jampy bernard

    |

    Bonjour je suis le fis d’une des collègues enseignante à Conillac de sa maman directrice d’École. J’ai sept tableaux de lui qu’il avait donnés (ou vendu? pour payer ses études à Paris) à ma mère, peints au tout début de sa carrière, avant les années 50, et représentant divers paysages, Conillac, Collioure sous l’orage, le Pont Neuf à Paris, le cloitre de l’abbaye de Fonfreide, et un tableau de ma mère posant en train de lire.
    l’ai souvent cherché à joindre Gérard Calvet que je n’ai rencontré qu’une fois au début des années 60 j’avais 10 ans.
    C’est par l’invitation à cette exposition du 17/09/2019 que j’apprends son décès en …2017, mes tableaux sont désormais orphelins.

    Reply

  • Avatar

    gilles lestringant

    |

    Bonjour
    J’ai un tableau de Calvet qui me suit depuis 40 ans. Vous parlez d’un repas en compagnie d’André Soulier. Auriez vous connaissance de son devenir? C’était un “pote’ de la cité U des Arceaux. Merci. GGL.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonsoir ! André a eu quelques soucis de santé (cardiaques, notamment) qui l’empêche de se déplacer. Mais il est toujours ausssi truculent et attaché à la bonne chère. Il habite Montpellier…

      Reply

  • Avatar

    RAVALLI Lucie

    |

    Gerard Calvet a ete mon maître en peinture et il m’a fait l’honneur de venir au vernissage de mon expo de peintures à Sète avec son épouse Yvonne , le mercredi 15 Septembre 2010
    Il a aimé mes toiles inspirées de Sarthou , son grand ami.
    Midi Libre était là pour ce moment exceptionnel!!!

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonjour Lucie ! Votre témoignage me fait un grand plaisir. Je connais aussi l’oeuvre de Sarthou. Quand j’étais aux affaires à la Région (le Dga de B.Pomel), une toile de ce dernier était accrochée au mur, de face en entrant, du bureau du président de la Région d’alors : Jacques Blanc. Je ne connais pas vos toiles Lucie. Pouvez vous m’en donner une idée, une photo… Bonne journée !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

Narbonne ! Municipales2020 : Acte 2 de "mon" programme municipal…

        Après un premier billet : "Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !" (ici), poursuivons donc notre réflexion sur les grandes options d’a[Lire la suite]
Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

Des combats de pets sur les réseaux sociaux...

    Nicolas Bouvier, dans « Les chemins de Halla San », note que « les trois divinité de l'île de Chedju (Corée du Sud) s’appellent Ko, Yang, et Puh. Puh, comme on le devine à l’oreill[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : À mon tour d'entrer en campagne !

    Laissons de côté, pour le moment, le nombre d’arbres ou de trottinettes par habitant (je plaisante), pour nous intéresser à ce qui me semble, s’agissant des politiques environnem[Lire la suite]
Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

Dimanche : Quelques notes prises à la volée, et en passant…

    Novembre ! Dimanche 17. Je déteste cette expression : "A ne manquer sous aucun prétexte". Elle clot toujours une invite à voir une expo, un film ; lire un livre, goûter un vin ;[Lire la suite]
L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques…

L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques

          L'ogre médiatique a besoin de sa dose quotidienne de "scandales" moraux, intellectuels ou politiques — au mieux les trois à la fois — pour persévérer dans son [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

Narbonne ! Municipales2020 : les métamorphoses d'Alphonse !

      Jeudi dernier, notre Alphonse, qui se présente modestement, à lui tout seul, sous l'étiquette "Je suis Narbonne", nous invitait à trinquer "en toute convivialité" dans [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :