Contre-Regards

par Michel SANTO

L’Aude  » sinistrée  » !

 

 

 

 

imgres-1-copie-5.jpeg

 

 

Les magistrats de la chambre régionale des comptes ont « audité » le Département de l’Aude et leur rapport vient d’être présenté par le Président Viola à ses élus. Le constat est affligeant ! Qu’on en juge ! Le personnel, en moyenne, y  est plus élevé que dans des collectivités de taille équivalente et le nombre d’heures réellement effectuées sur l’année, par un agent à temps complet, très largement en deçà de la durée légale (1 607 heures! ). En langage un peu moins sucré, disons que, non content d’être en surnombre, nos fonctionnaires territoriaux « n’en foutent pas une rame » ! Cerise sur le gâteau, l’absentéisme friserait des records nationaux : « 13 jours en moyenne en 2007, contre 23 en 2011 ». Le stress, sans doute ! Mais cela, qui déjà est assez, n’est que la partie visible d’un système pervers qui ronge les maigres ressources de ce département. En effet, pour avoir une idée des dépenses réelles en personnel et frais de fonctionnement du Conseil Général, il faudrait aussi prendre en compte les effectifs des structures associatives et / ou filiales qu’il subventionne. Des structures « mille-feuilles » , empilées les unes sur les autres, qui couvrent et couvent de leur bienveillante attention le dernier des plus petits hameaux de ce département. Un écosystême typique de « société sous développée » et de culture « méditerranéenne »; un enchevêtrement d’institutions et de clientèles qui vivent de la rente publique et de sa redistribution par la classe politique dominante. Dans le silence des « consciences citoyennes » et au nom des grands principes, bien entendu ! Au premier rang desquels la qualité du service public. Comment, dans ces conditions, croire en un avenir fondé sur un développement économique vertueux ? 

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • viet

    |

    Affligeant en effet. Mlaheureusement ce n’est pas le seul département ou la seule collectivité territoriale dans ce cas!

    Reply

  • dacyrlo

    |

    Voilà qui va dans le sens du projet de suppression des départements…

    Mais là encore, nos politiques auraient beaucoup à perdre! Et pourtant, la diminution du « mille feuilles » contribuerait à l’obtention d’économies recherchées.

    Il suffira de prendre exemple sur l’Etat qui a sû en son temps se décharger de certaines compétences (Réseau routier…)

    Le maillage territorial des EPCI peut amplement tenir le rôle de cette collectivité.

    Dans le même esprit, que dire de nos sous-prefectures…???

    Reply

  • Michel Santo

    |

    On est bien d’accord!

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]
Au Château , on veut sauver les librairies indépendantes…

Au Château , on veut sauver les librairies indépendantes…

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :         Lire aussi : "À Narbonne, comme ailleurs, des librairies indépendantes de centre-ville menacées…" en cli[Lire la suite]
Bruxelles, formes d’une ville en forme…

Bruxelles, formes d’une ville en forme…

    Marie Demunter et Laurent Bonneau publient Bruxelles, un livre de photos et dessins dont le sujet est la capitale de la Belgique et de l’Europe. On avait déjà vu Laurent Bonneau[Lire la suite]