Contre-Regards

par Michel SANTO

La baffe d’Hortefeux et le pavé du PS.

« Brice Hortefeux a oublié qu’un ministre doit représenter à chaque instant les valeurs de la République. Et mesurer dans chaque mot ce qu’il peut contenir d’irrespect, de violence et d’humiliation. » nous dit Eric Fottorino, en conclusion de son éditorial du 11 septembre. Un texte respectueux et équilibré. Et qui, par sa modération même,  frappe fort les esprits précisément là où ça fait mal. Là où les élus, les ministres passés et présents de tout bord,  ne veulent pas être jugés ; dans ce domaine  où rien ne s’inaugure à coups de ciseaux et sous les flashes des caméras ; ne se « liste » dans les bilans présentés en fin de mission ou de mandat ; ne se négocie lors d’une passation de pouvoir ou la constitution d’une coalition électorale. Dans ce domaine invisible de toute pratique politique et pourtant nécessaire à la santé civique d’une nation que tous les « machiavels » peuplant nos institutions démocratiques refusent de prendre en considération. Cet espace symbolique où se structurent, à travers des valeurs, les actes et les comportements d’une citoyenneté éclairée. Un espace que l’on définira, pour aller vite et à l’essentiel, comme celui d’une « certaine éthique républicaine », et qui, par ce genre de petite phrase concédée à la foule militante est revenue en boomerang sur le visage de Brice Hortefeux. Comme une énorme baffe dont l’empreinte n’est pas prête de s’effacer. Une énorme baffe qui ne saurait  cependant faire oublier, dans le même registre, le livre-pavé envoyé sur la façade du PS qui, désormais, lui, ne peut plus dissimuler que sa « démocratie interne », à l’inverse des principes éthiques qu’il affiche, a servi jusqu’ici de couverture à des pratiques frauduleuses et claniques. Un  retour du refoulé dont les traces marqueront durablement son visage jusqu’à ce qu’il soit mis fin, enfin et le plus tôt possible, à ce double jeu éthique. Car, comme Fottorino aurait pu l’écrire, un parti et ses dirigeants devraient représenter à chaque instant, dans leur dire et leur faire, les valeurs de la République…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :