Contre-Regards

par Michel SANTO

La baffe d’Hortefeux et le pavé du PS.

« Brice Hortefeux a oublié qu’un ministre doit représenter à chaque instant les valeurs de la République. Et mesurer dans chaque mot ce qu’il peut contenir d’irrespect, de violence et d’humiliation. » nous dit Eric Fottorino, en conclusion de son éditorial du 11 septembre. Un texte respectueux et équilibré. Et qui, par sa modération même,  frappe fort les esprits précisément là où ça fait mal. Là où les élus, les ministres passés et présents de tout bord,  ne veulent pas être jugés ; dans ce domaine  où rien ne s’inaugure à coups de ciseaux et sous les flashes des caméras ; ne se « liste » dans les bilans présentés en fin de mission ou de mandat ; ne se négocie lors d’une passation de pouvoir ou la constitution d’une coalition électorale. Dans ce domaine invisible de toute pratique politique et pourtant nécessaire à la santé civique d’une nation que tous les « machiavels » peuplant nos institutions démocratiques refusent de prendre en considération. Cet espace symbolique où se structurent, à travers des valeurs, les actes et les comportements d’une citoyenneté éclairée. Un espace que l’on définira, pour aller vite et à l’essentiel, comme celui d’une « certaine éthique républicaine », et qui, par ce genre de petite phrase concédée à la foule militante est revenue en boomerang sur le visage de Brice Hortefeux. Comme une énorme baffe dont l’empreinte n’est pas prête de s’effacer. Une énorme baffe qui ne saurait  cependant faire oublier, dans le même registre, le livre-pavé envoyé sur la façade du PS qui, désormais, lui, ne peut plus dissimuler que sa “démocratie interne”, à l’inverse des principes éthiques qu’il affiche, a servi jusqu’ici de couverture à des pratiques frauduleuses et claniques. Un  retour du refoulé dont les traces marqueront durablement son visage jusqu’à ce qu’il soit mis fin, enfin et le plus tôt possible, à ce double jeu éthique. Car, comme Fottorino aurait pu l’écrire, un parti et ses dirigeants devraient représenter à chaque instant, dans leur dire et leur faire, les valeurs de la République…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio