Contre-Regards

par Michel SANTO

La guerre de Narbonne n’aura pas lieu.

Patrick Nappez, avec qui j’ai échangé quelques mots hier après midi, entre Hôtel de Ville et siège du Midi Libre, sur les prochaines élections municipales (il faisait froid, le vent était fort et il était pressé), juste après qu’il m’ait  fait remarquer que je chroniquais peu, me donnant ainsi l’occasion de le faire aujourd’hui, sur la politique locale, bref qu’il me trouvait un peu trop attaché à de trop vagues (et sans doute fumeuses) considérations philosophiques, est un journaliste «  réfractaire » au maire de Narbonne. Ce n’est pas moi qui le qualifie ainsi, mais son confrère de l’Express Jacques Molénat. Une observation que les lecteurs de P. Nappez, qu’ils éprouvent ou pas le même sentiment de vivre dans une cité aux mains d’un petit despote local en guerre permanente avec ses opposants, ne peuvent que vérifier quotidiennement dans ses « humeurs », ses « quatre vents » et ses « enquêtes ». Dire cela n’est donc pas, comme il me l’est reproché, un crime, un sacrilège, c’est un jugement de fait. Considérer, comme pour bon nombre de membres de sa profession, que sa conscience, son idéal, l’image qu’il se fait du journaliste me semble le porter à croire que sa plume serait là pour déjouer les ruses, démonter les leurres du pouvoir qui, par définition, ferait de la propagande ( ou de la Communication ), tandis que la presse, elle, dévoilerait la Vérité ( par l’Information ), n’est pas non plus un point de vue attentatoire à sa dignité. C’est une analyse que développe lumineusement Régis Debray, qui n’est pas un imbécile, dans  son bouquin « L’emprise » (page 70 et suivantes…) et qu’il  concentre dans une figure mixte qui lui paraît représenter le mieux cette nouvelle forme d’infaillibilité cléricale, celle d’un «  Rouletabille-Robin des Bois ».  Quant au fond du sujet, la compétition électorale prochaine, pour laquelle on s’étonne de ma prise de distance tout en relevant mes préférences, laissons les acteurs publics en présence jouer leur rôle. Qu’ils déploient leurs talents, leurs arguments et leurs programmes pour enlever, convaincre ou séduire une majorité d’électeurs. Cette faiseuse de rois, bien désirable,certes, mais qui, comme l’Hélène de Troie, ne mérite pas une guerre, tout de même… En démocratie, le respect de la dignité des hommes et des femmes qui sollicitent le sufrage des citoyens devrait-être le principe moral minimun garanti, non ? Et puis, il y a tant de choses à faire et à penser dans ce monde! Avant comme après Mars…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Plan "Action Coeur de Ville " : Y'a plus personne à filmer !

Plan "Action Coeur de Ville " : Y'a plus personne à filmer !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Plan "Action Coeur de Ville " : À Narbonne, Malquier est prêt !"         Vous pouvez agrandir l'image en cliqua[Lire la suite]
Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

        À Narbonne, comme dans une trentaine de villes moyennes (dont Béziers, Carcassonne, Perpignan etc.), plus d’un quart des jeunes ne sont pas insérés (contre 14[Lire la suite]
Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Vialatte)

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Via

        "Il ne faut jamais mettre un homme, sans un entraîne­ment progressif, en face d’une situation qui l’oblige soudainement à réfléchir à plusieurs choses. Le san[Lire la suite]