Contre-Regards

par Michel SANTO

La justice et les frais de bouche de Monsieur Bourquin !

 

 

images-copie-1.jpeg

 

 

Le rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) sur la Région Languedoc-Roussillon, qui hélas ne sera lu que pas très peu d’électeurs et de journalistes, a au moins cette vertu de montrer la véritable conception que se fait son président Bourquin de la justice et de la politique. La presse régionale de cela s’en est fait récemment l’écho. Il en ressort que, pour ce Monsieur, fort mal élevé, la justice des comptes des collectivités serait un ” gâchis d’argent public ” et ses observations des ” pseudo-analyses” du niveau du ” café de commerce “. On se pince! Voilà un socialiste , et non des moindres, qui, il y a peu, clouait au pilori, avec ses amis,  le sieur Guaino pour atteinte à l’autonomie de la Justice et aux principes fondamentaux de la République, comparer les magistrats de Montpellier à de vulgaires cabaretiers. Venant d’un élu-cumulard condamné pour délit de favoritisme, la sentence est particulièrement culottée. Mais doit-on encore s’en étonner ? Son âne, qui le connait bien, fait la sourde oreille: c’est dans ses gênes ! Mais ses amis, auraient-ils aussi perdu toute décence ? Cela dit, j’ai pu constater, au cours de mes collaborations avec des présidents d’exécutifs de gauche et de droite, la même détestation de toutes les instances de contrôle de leur gestion ( Préfet, Tribunaux administratifs, Chambre Régionale des Comptes…). Leur rêve partagé, en effet , est celui d’une gouvernance à la mode ” bananière ” ou féodale : pouvoir faire ce qu’ils veulent comme ils veulent ; le mépris des fonctionnaires d’Etat et des institutions de la République en étant la conséquence plus ou moins avouée. Plus civilisés, certains en font la théorie et revendique une plus grande autonomie des collectivités locales, sans aucune contreparties évidemment . Plût à Hollande qu’il n’en aille pas ainsi ; la prédation de notre épargne et de notre pouvoir d’achat serait  alors portée à son comble. Comme le sont aujourd’hui les frais de bouche de Monsieur Bourquin et du Conseil Régional, beaucoup plus élevés que ceux représentés par le travail des magistrats de Montpellier, fait observer leur Président Nicolas Brunner. On souhaite donc à Monsieur Bourquin un très mauvais appétit pour le reste de son mandat ! Un bon régime lui  ( et nous ) ferait le plus grand bien… 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : La liste sans surprises de Didier Mouly…

Narbonne ! Municipales2020 : La liste sans surprises de Didier Mouly…

Nouveau Narbonne      C’est en fin d’après midi que Didier Mouly va présenter la liste des candidats qu’il va conduire en mars prochain pour tenter de conserver son mandat de maire. [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : le député Perea sort du bois et tire à la "sulfateuse"…

Narbonne ! Municipales2020 : le député Perea sort du bois et tire à la "sulfateuse"…

      le 13 janvier, je titrais un de mes billets : « Narbonne ! Municipales2020 : morne campagne… ». J’avais le sentiment en effet qu’y flottait un air d’aimable c[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : des vélos et du bio pour toutes - les listes !

Narbonne ! Municipales2020 : des vélos et du bio pour toutes - les listes !

Ben ! voilà donc une liste — la sixième — 100% verte. En attendant la septième, rouge et jaune ? Plus de 200 candidats au statut de conseiller municipal : un record ! Pour des élections qui devaient m[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Morne campagne !

Narbonne ! Municipales2020 : Morne campagne !

  S’il y a une chose dont je suis sûr, la seule, dans cette campagne des municipales, c’est qu’à sa sortie, et quel qu’en soit le vainqueur, on ne se trouvera pas dans la situation politique ubu[Lire la suite]
Ne dîtes plus censeur, mais "lecteur en sensibilité"…

Ne dîtes plus censeur, mais "lecteur en sensibilité"…

              La littérature doit-elle se soucier de ne point heurter la sensibilité des lecteurs ? Aux EtatsUnis, le sujet fait débat et pour évi[Lire la suite]
Les meutes, en tout temps et en tous lieux, m'effraient !

Les meutes, en tout temps et en tous lieux, m'effraient !

    Il fut un temps où il était « interdit d’interdire » ; ce temps était celui de toutes les libérations : des corps et des esprits — accessoirement celui des "classes sociales" — ; en ce[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio