Contre-Regards

par Michel SANTO

La justice et les frais de bouche de Monsieur Bourquin !

 

 

images-copie-1.jpeg

 

 

Le rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) sur la Région Languedoc-Roussillon, qui hélas ne sera lu que pas très peu d’électeurs et de journalistes, a au moins cette vertu de montrer la véritable conception que se fait son président Bourquin de la justice et de la politique. La presse régionale de cela s’en est fait récemment l’écho. Il en ressort que, pour ce Monsieur, fort mal élevé, la justice des comptes des collectivités serait un ” gâchis d’argent public ” et ses observations des ” pseudo-analyses” du niveau du ” café de commerce “. On se pince! Voilà un socialiste , et non des moindres, qui, il y a peu, clouait au pilori, avec ses amis,  le sieur Guaino pour atteinte à l’autonomie de la Justice et aux principes fondamentaux de la République, comparer les magistrats de Montpellier à de vulgaires cabaretiers. Venant d’un élu-cumulard condamné pour délit de favoritisme, la sentence est particulièrement culottée. Mais doit-on encore s’en étonner ? Son âne, qui le connait bien, fait la sourde oreille: c’est dans ses gênes ! Mais ses amis, auraient-ils aussi perdu toute décence ? Cela dit, j’ai pu constater, au cours de mes collaborations avec des présidents d’exécutifs de gauche et de droite, la même détestation de toutes les instances de contrôle de leur gestion ( Préfet, Tribunaux administratifs, Chambre Régionale des Comptes…). Leur rêve partagé, en effet , est celui d’une gouvernance à la mode ” bananière ” ou féodale : pouvoir faire ce qu’ils veulent comme ils veulent ; le mépris des fonctionnaires d’Etat et des institutions de la République en étant la conséquence plus ou moins avouée. Plus civilisés, certains en font la théorie et revendique une plus grande autonomie des collectivités locales, sans aucune contreparties évidemment . Plût à Hollande qu’il n’en aille pas ainsi ; la prédation de notre épargne et de notre pouvoir d’achat serait  alors portée à son comble. Comme le sont aujourd’hui les frais de bouche de Monsieur Bourquin et du Conseil Régional, beaucoup plus élevés que ceux représentés par le travail des magistrats de Montpellier, fait observer leur Président Nicolas Brunner. On souhaite donc à Monsieur Bourquin un très mauvais appétit pour le reste de son mandat ! Un bon régime lui  ( et nous ) ferait le plus grand bien… 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio