Contre-Regards

par Michel SANTO

La leçon de Claude Bartolone !

Unknown-copie-3.jpeg

Devant les caméras de télévision, hier soir, du haut de son perchoir à l’Assemblée, Claude Bartolone s’indignait du spectacle donné aux Français par des députés de l’opposition surjouant la comédie de la révolte.

Abrutis ! leur a-t-il lancé. Une farce assez classique interprétée par de biens mauvais acteurs, qui révèle tout ce que la confrontation démocratique doit au jeu théâtral : une représentation décalée dans le temps et dans l’espace de la violence sociale. Ne nous en plaignons pas ! car ce faisant, elle l’ absorbe, la digère, la cristallise pour la transformer en une fiction dans laquelle s’ expriment de vraies colères et frustrations ; celles d’un corps social perpétuellement en tension. Pour tout dire, nos démocraties parlementaires sont de « belles machines » faites pour purger la brutalité inhérente aux relations nouées entre « partenaires » sociaux aux intérêts forcément contradictoires. Notre tranquilité et nos libertés sont à ce prix ! Celui de l’ imposture. Alors, plutôt que de feindre l’exaspération, sachons donc apprécier à sa juste valeur ce jeu de rôle dans lequel la « guerre civile » nous est présentée sous des formes souvent amusantes. Enfin ! pas toujours . A nous, spectateurs instruits, d’en décrypter les ressorts, d’en comprendre « l’argument » et, comme au théâtre, d’en ressortir, paradoxalement, augmenté de quelques vérités…

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    viet

    |

    Etes-vous tellement certain que le système parlementaire canalise la tension sociale? Nos hommes politiques pour se démarquer les uns des autres n’ont ils pas intérêt à exaspérer les antagonismes
    ,simplement pour garder leur fond de commerce ?

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Les deux, bien sur! Je ne peux pas développer,  au risque d’être tropl long… Mais nos ” acteurs “, pour filer la métaphore, sont des professionnels. Ils vivent de leur ” art ” si je puis
    dire… et veillent à ce que la concurrence ne vienne pas leur ” piquer ” les rôles: le cumul des mandats étant, entre autres, de préserver leurs rentes ( je faire un billet sur ce point
    prochainement )…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

  Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :