Contre-Regards

par Michel SANTO

La leçon de J.F Revel au président et aux lycéens de la FIDL

 images-copie-24.jpeg

 

Les éditoriaux de Jean-François Revel comptent depuis trente ans parmi les plus influents de la presse française. Rassemblés dans un fort volume sous le titre «  Fin du siècle des ombres » – toujours posé sur mon bureau à deux doigts de mon clavier – ,  j’en lis régulièrement quelques uns . Toujours d’actualité et toujours au service d’une pensée marquée par le souci de vérité et le désir de convaincre, c’est à chaque fois une vraie leçon de style et de courage intellectuel. 

Ainsi cet extrait d’un éditorial du 22 février 1997 (page 581), sur lequel je suis par hasard tombé ce matin, que nos lycéens devraient étudier plutôt que d’ânonner, comme hier, de grossiers et stupides slogans, à l’imitation de leurs aînés de SOS Racisme recasés depuis dans les plus hautes instances du pouvoir.  Insensible à toutes les formes de  : « Quiconque ose nous contredire , est fasciste », Revel , tranquillement, alors prenait sa plume et écrivait ceci : « Comment, dans l’état actuel des flux migratoires, instaurer sans catastrophe une liberté totale d’immigration ? Comment admettre une foire d’empoigne où l’entrée et l’installation définitive de tout étranger extracommunautaire dépendraient de sa seule décision, sans que les autorités du pays d’accueil aient leur mot à dire ? Exiger que l’immigration cesse d’être contrôlée ou même connue, surtout dans un pays à forte protection sociale, avec des budgets sociaux déjà en grave déficit, c’est rechercher la déstabilisation permanente de la société, l’abolition de l’État de droit, voire de la citoyenneté. Le programme du Front national, qui veut mettre tous les étrangers dehors, et celui des pétitionnaires, qui veulent les mettre tous dedans, sont également impraticables et immoraux. Car ils assurent l’un et l’autre l’échec irrémédiable de l’intégration, cette longue tradition qui fut et doit demeurer l’honneur de la France. Selon leur démarche habituelle, les intellectuels ou automates de gauche, ou prétendus tels, organisent ainsi la destruction pratique de l’idéal dont ils se réclament en théorie. Ce n’est pas là être l’ami des immigrés ; c’est être leur pire ennemi. »

Texte limpide que le président de la FIDL,  qui ferait bien de moins faire la grève et d’être plus assidu en lettres ( « le ministre de l’intérieur s’orgueille ( sic !!! )  d’expulser autant d’irréguliers que Sarkozy » ) serait bien inspiré de méditer. On lui souhaite aussi, quoiqu’il fasse dans l’avenir, de pouvoir s’exprimer un jour comme ce maître …

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • pibouleau

    |

    Question : qui prône une « liberté totale d’immigration » ?

    Question : qui a une réponse intelligente à la question de l’immagration ?

    le propos de Revel, polémiste de droite (venu de la gauche), est faussé par cet axiome.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :