Contre-Regards

par Michel SANTO

Le bal masqué des municipales à Narbonne sera aussi celui du Grand Narbonne…

       

   

Samedi, nous recevions à Radio Barques Édouard Rocher, le maire radical de Coursan, (en même temps de gauche et de droite, depuis la fusion du PRG et des radicaux valoisiens), évidemment candidat à sa succession (il est jeune, entend s’inscrire dans la durée, et ambitieux  – ce qui, dans mon esprit en tout cas, n’a rien de péjoratif pour peu que ce désir soit au service d’un projet). L’occasion pour moi  d’insister sur un point que je ne manquerai pas de soulever samedi prochain – Didier Mouly, le maire de Narbonne étant notre prochain invité –  : les rapports entre élections municipales et élections à la Communauté d’agglomération et, conséquemment, ceux  devant prévaloir entre la commune centre : Narbonne et ses plus ou moins proches voisines.

On ne s’en souvient peut-être pas, mais lors des dernières élections municipales, cette question fut la grande absente des débats entre listes concurrentes. Tous les candidats, sans exception, présentaient alors des programmes municipaux (pour aller vite) dont les aspects les plus importants – les plus structurants, pour utiliser un vocabulaire plus technocratique – relevaient de fait et en droit de la compétence de La Communauté d’agglomération (le Grand Narbonne).

Tout s’est passé, en effet, comme si cette dernière n’existait pas ; et ce malgré toutes mes alertes quotidiennes sur ce sujet – sachant que mes billets étaient lus par les divers protagonistes… J’ai même entendu des phrases de ce style : « J’aurai trop à faire avec la mairie de Narbonne pour m’intéresser à l’Agglo ! ». La conséquence de cette erreur de stratégie fut, notamment, l’élection de Jacques Bascou, le perdant sur Narbonne, à la présidence de l’Agglo, avec l’appui de maires de droite ; et, sur la durée, des dysfonctionnements coûteux entre la Ville centre et le Grand Narbonne (je n’insiste pas : la liste de mes nombreux billets sur ce point en témoigne).

Bref, pour les prochaines municipales, tous les programmes dépendant directement ou indirectement d’une compétence du grand Narbonne ne pourront plus être « passés sous la table ». Et ce pour une autre raison qui tient au fait – lui aussi précédemment masqué – que les électeurs, en déposant un bulletin dans les urnes pour choisir une majorité et un maire, éliront aussi des conseillers communautaires dont le nombre déterminera, surtout dans la ville centre, les contours de la majorité – et ceux de sa présidence – au Grand Narbonne…

En conclusion provisoire, tout candidat au fauteuil de maire de Narbonne, surtout, devrait pouvoir dire à ses électeurs : « élisez-moi dès le premier tour avec la majorité la plus large possible et le plus grand nombre de conseillers communautaires pour pouvoir réaliser mon mandat municipal au Grand Narbonne ».

Reste une autre question, cependant : est-ce que les maires des « petites » communes, quelles que soient leurs options politiques, feront le choix d’un accord excluant de la présidence du Grand Narbonne, le futur maire de Narbonne ? On n’en est pas encore là, mais certains y pensent sérieusement. Edouard Rocher certainement – mais pas que ! – en se rasant – et bien qu’il porte la barbe –  , du côté radical-marcheur ; Henri Martin, si les circonstances l’imposaient, du côté centre-droit… À suivre !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Corcia

    |

    votre billet sonne juste ,et l’on voudrait croire que les électeurs ,et les futurs élus auront compris les inconvénients de présenter un programme municipal ,sans l’intégrer ,dans la vision plus globale et logiquement complémentaire de l’agglomération.
    Mais ,voyant comment les choses se préparent , je ne vois pas où on peut espérer que les acteurs voudront voir plus loin que le bout de leur nez ….et de leurs marmites ….

    Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

      Il serait quand même temps que  le discours public et politique sur la transition écologique, la protection de l'environnement, la lutte contre le réchauffement climatique aband[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :