Contre-Regards

par Michel SANTO

Le maire et le citoyen.

La figure du maire, en France, est la plus appréciée des Français alors même que notre mode de gestion du niveau communal est probablement un des moins démocratique de l’Union Européenne.

Elu au second degré par le conseil municipal et inamovible, le maire devient ainsi le chef tout-puissant de l’assemblée et le maître des adjoints qu’il nomme et révoque selon son bon vouloir. S’y ajoute la spécialité bien française , avec celle des fromages, du cumul des mandats locaux et nationaux. Cumul impossible partout ailleurs en Europe, sauf en Belgique.

La conséquence de cette exception quasi mondiale en pays démocratiques (une de plus) est que « l’assemblée municipale » ne dispose d’aucun pouvoir de contrôle et de proposition. Phénomène aggravé par la mise en place en 1999 de communautés de communes et d’agglomérations gérant l’essentiel des compétences  antérieurement exercées par les communes (Eau, transports, ordures ménagères, économie…) et dont les présidents sont élus au deuxième voire au troisième degré.

Dans ces conditions, le citoyen ordinaire, comme l’immense majorité des élus locaux , ne peut à l’évidence identifier les véritables enjeux et responsabilités d’une gestion  territoriale locale en réalité empilée sur au moins 9 niveaux institutionnels. Les élections municipales de ce mois ci en sont la caricaturale démonstration. L’on y voit, en effet, des maires de grandes villes et leurs concurrents présenter des bilans et des propositions relevant de leur niveau de gestion, la commune, mais aussi de tous les autres! Un sommet d’incohérence et d’opacité jamais atteint dans notre histoire institutionnelle et politique.

Dans un tel contexte à la limite de l’entropie, notre pays, qui se présente toujours en gardien des principes républicains et en modèle de citoyenneté, serait bien inspiré d’aller voir ailleurs en Europe comment les pouvoirs locaux sont organisés et évoluent vers plus de démocratie. Il y a en effet urgence (une de plus!) 
  

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande poursuit sa "tournée des popotes" dans les supermarchés et les grands magasins culturels. Parfois des librairies. Il y vend et signe ses "mémoires" quinquennales : "les leçons du po[Lire la suite]
Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

        Samedi dernier, nous recevions, Jean-Claude et moi, à Radio Barques, madame  Marion Fouilland-Bousquet, la directrice du Théâtre+Cinéma Scène Nationale, du Grand [Lire la suite]
Les "Socios du RCNM" renversent les tonneaux : "pas un sou au club" !?

Les "Socios du RCNM" renversent les tonneaux : "pas un sou au club" !?

        « Sucette » et Marco, les deux (!?) présidents des « Socios » du RCNM ne font pas dans la guimauve épistolaire. C’est un véritable glaçon en effet qu’ils vien[Lire la suite]
L'amputation nécessaire des Départements couvrant les Métropoles (l'exemple de la Haute Garonne)

L'amputation nécessaire des Départements couvrant les Métropoles (l'exemple de la Haute Garonne)

 Pierre Médevielle, en haut, et Georges Méric… Le précédent gouvernement avait prévu la suppression des conseils départementaux mais, pour des raisons bassement politiciennes – ne pas perdre les voix[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :