Contre-Regards

par Michel SANTO

“Le Monde” déraille en annonçant “une mobilisation sociale d’ampleur” !

Illustration : journal Le Monde.

Le Monde n’est plus un journal de « référence ». Cela est désormais admis, même chez ceux qui comme moi, par nostalgie d’une époque où je me précipitais au kiosque du métro Solférino pour y acheter « sa première édition », persistent à le lire dans l’espoir  d’y trouver un reste de sérieux dans le traitement quotidien de l’information. Un désir rarement satisfait, qui, trop souvent, hélas, se retourne en une froide colère. Comme hier soir, après avoir lu, attiré par un « encadré » m’informant d’une « mobilisation sociale d’ampleur », un « papier » sur les grèves à la SNCF et Air France ; un développement des grèves dans ces secteurs qui, jusqu’ici, je le confesse, me semblait plutôt aller dans le sens contraire à celui souligné – souhaité ! – par le nouvelliste du Monde.Je pris donc le temps d’aller vérifier dans le corps de son texte l’étendue de mon ignorance, sans doute consécutive à l‘épaisseur de mes préjugés ou de mon « parti-pris », pour finalement apprendre que la  SNCF affichait lundi un taux de grévistes de 17,45 % avec néanmoins une mobilisation des conducteurs, grévistes à 62,6 % ; tandis qu’à Air France, «  près de 75 % » des vols seraient assurés. Bref, ma perception de ces mouvements sociaux était juste, mais le rédacteur du Monde, pariant sur une lecture de sa seule annonce, souhaitait à l’évidence me convaincre du contraire. Comme d’autres de ses collègues l’on aussi fait concernant les occupations de sites universitaires, dont on pensait, à les lire, que nous étions au bord d’une révolution estudiantine et , du fait d’une « convergence des luttes » fantasmée, d’un précipice social.

Ligne éditoriale et commerciale assumée, déontologie en miettes ou points de vue politiques de journalistes « engagés », je n’en sais rien ; ce que je sais se limitant à ce banal constat d’avoir le sentiment d’être un lecteur qu’on a tenté grossièrement de manipuler.

Décidément, Le Monde déraille trop souvent, aussi ; et m’en vais le boycotter  à compter de ce jour : le temps que se terminent « les mouvements sociaux d’ampleur » annoncés par ses rédacteurs

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    VERDEJO Xavier

    |

    M. SANTO,
    Vous ne pouvez savoir à quel point je suis déçu de vos écrits, depuis plusieurs mois… C’est dommage, j’aimais ce je ne sais quoi d’épicé dans vos billets, je n’y rencontre plus que du conventionnel, très dans l’air du temps, bref beaucoup trop conformiste pour moi. Ceci dit vos écrits vous appartiennent et je ne pose absolument pas en donneur de leçon… Après tout, je continue quand même à vous lire!
    Je vous salue, M. Santo…

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Mais vos remarques m’importent monsieur Verdejo ! Et il y a certainement une part de vérité dans votre commentaire. Croyez bien que j’en prends bien note… Bonne soirée ; et merci pour votre attention…

      Reply

  • Avatar

    Martinez

    |

    Bonsoir Michel voici enfîn quelqu’un qui a le sens de la critique et fait la démonstration que le vide absolu existe bien dans certains esprits . Comment dit – On déjà ? Esprit fécond ou esprit fait con ? Amicale pensée depuis Benidorm.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je rentre à peine de Gruissan : après midi, la plage ; soirée, tapas au Café de la Paix. Calme et sérénité. Bonne soirée Alphonse !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :