Contre-Regards

par Michel SANTO

Le soir venu, sors de ta chambre où tu sais tout…

12Le soir venu, il suffit de quelques mots pour que change l’image d’un jour; et que renaisse le désir d’en changer le cours…

Qui que tu sois : le soir venu,

Sors de ta chambre où tu sais tout;

De ta maison proche du large.

Qui que tu sois.

De tes yeux fatigués et qui ont peine

À s’affranchir du seuil usé,

Tu dresses lentement un arbre noir,

Le poses dans le ciel, tout seul. Et droit.

Et tu as fait le monde : un monde grand

Ainsi qu’un mot mûrit dans le silence.

Et tandis que ta pensée le comprend,

Tes yeux tendrement s’en détachent…

Photo: Rilke lu à Ronda

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • argoul

    |

    Le nouveau lien que vous m’avez envoyé a l’air de fonctionner. Vous avez du créer un nom de domaine avec votre inscription Overblog, c’est pareil pour moi.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), présenté en avant-prem[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]