Contre-Regards

par Michel SANTO

Leipzig, Rodez, Bruxelles, Paris ou la trajectoire du flou .

 

images-copie-3.jpeg

 

 

Longue séquence allemande pour Hollande. Leipzig la semaine dernière; Paris, hier, avec Angela; Rodez, mercredi, chez Bosch. Jeudi, il dit à Madame Merkel, qui ne cesse de le répéter, qu’il fallait plus d’intégration européenne, harmoniser nos systèmes fiscaux , la politique sociale, les minima salariaux et améliorer la compétitivité. Elle le prend évidemment aux mots ! Comment comprendre alors, la veille, en Aveyron, qu’il fesse la Commission pour  avoir oser adresser aux pays membres des recommandations allant dans ce sens ? Ce n’est pas Bruxelles qui menace notre souveraineté; mais bien plutôt notre endettement et notre déficit de compétitivité. Sauf à imaginer que notre Président est à l’esprit l’idée saugrenue d’imposer aux Etats membres, par ce qu’il appelle un gouvernement économique européen, nos propres standards sociaux et salariaux, bref notre exceptionnel !!! modèle, pour égaliser les niveaux de compétitivité. La bonne blague! Toujours la même histoire finalement: un discours dans chaque poche. Plus d’Europe à Paris et Bruxelles; et moins à Rodez ou à Brive. Mais a-t-il vraiment le choix ? Ne rien dire contre la Commission à un an des élections européennes, c’est en effet laisser le champ libre aux souverainistes de droite et de gauche, et vivre le cauchemar de 2005 quand il dirigeait le PS… On se met deux secondes à sa place ( oui, j’ose ! ) et on se dit qu’il n’a pas d’autres choix. Un grand écart quasiment imposé.

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    pibouleau

    |

    Autant confesser que les subtilités diplomatiques hollandiennes m’indiffèrent. Je relève simplement que le président dit souhaite run renforcement de l’Europe et constate l’emprise de l’Allemagne
    qui a travers la commission et Barroso dicte la politique économique de la France. Bref, la vassalisation s’opère et la France est sacrifiée sur un mythe : l’Europe. De Gaulle au secours !
     

    je suis las d’entendre parler du “modèle allemand”

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :