Contre-Regards

par Michel SANTO

Les années folles de Narbonne.

Assis à la terrasse du Rive Gauche, je lis l’édition spéciale des 11 et 12 août de la feuille   » Les cris d’antan  » publiée à l’occasion de ces deux jours placés, par l’équipe municipale, sous le signe des  » années folles « . Au verso, une série de faits divers aussi amusants que représentatifs de toute une époque. Ainsi apprenons nous que  » Depuis quelque temps, et les affaires subissant un temps d’arrêt , nos demi-vierges vont chercher sur les boulevards une clientèle de moins en moins fidèle et assidue… »  et que « les agents de services ont dressé procès-verbal au sieur Antoine T… sujet espagnol, rue Sambre et Meuse, qui lavait sa vaisselle à la fontaine et contre madame M… rue Barra, pour jets de matières fécales… » Encore plus drôle, au recto, mais plus contemporain, puisque signé par le Député-Maire, cette fois ci assisté de l’adjointe aux animations et un nommé Delattre de l’Académie, non pas Française mais   » de  Spectacle (sic) « , un texte, en forme d’édito, à placarder dans toutes les salles de classe. Dont je vous livre ici deux extraits:  » Pour animer un fil conducteur finement tressé, bon nombre d’ artistes fourmilleront dans le centre ville… » Imaginez donc une fourmilière d’artistes animant un fil conducteur! Et ceci encore, qui conclue « poétiquement » ce texte:  » Nous sommes heureux d’ouvrir avec vous cet écrin du souvenir… Et laisser filtrer l’encens du souvenir de cette mémoire d’antan. «  Filtrer de l’encens!! Après avoir ouvert un écrin?! On dira que je me répète, mais je ne peux me résigner à ce laisser aller.Le souci de la forme est aussi un souci de soi, du monde et des autres. Et je ne me lasserai jamais d’en dénoncer l’oubli…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :