Contre-Regards

par Michel SANTO

Lola faisait les meilleurs mantecaos du monde…

Elle avait de vilaines jambes arquées et souffrait de son dos trop souvent courbé sur des éviers qui n’étaient pas les siens, et des jardins potagers où elle cueillait des légumes ou des fruits arrivés à maturité. Ses mains toujours en mouvement, où qu’elle se trouvât, étaient très abîmées par ces durs et pénibles travaux, auxquels s’ajoutaient ceux, tout aussi éprouvant, de sa propre maisonnée : mariée à un ouvrier du « bâtiment », elle avait deux enfants. Lola, puisqu’il s’agit d’elle, m’amenait parfois sur sa bicyclette d’occasion dans les campagnes où elle peinait douloureusement pendant qu’innoncemment je courrais et m’amusais à travers vignes et champs. Ses yeux bleus, tristes et pâles, inquiets, toujours cherchaient les miens : elle craignait mes échappées et mes ruses. Si je pense parfois à elle, à son amour pour l’enfant et l’adolescent que j’étais, son souvenir n’est jamais aussi vivace qu’en cette période de l’année. Il monte lentement du fond de ma mémoire et se mêle aux odeurs de farine, de saindoux et de sucre avec lesquels elle réalisait, les meilleurs, les plus délicieux mantecaos du monde. Chaque année à Noël, naissaient ainsi sous ses mains des étoiles, des lunes, des soleils qui m’enchantaient. Morte après une longue période où son esprit s’était perdu dans une nuit sans fin peuplée de fantômes, je n’ai depuis jamais retrouvé sous mes dents le léger craquant, la douceur et le merveilleux arôme de ces gâteaux dont elle avait seule le secret. Et si je cours encore toutes les boutiques à leur recherche, je sais bien que je n’en trouverai jamais à mon goût, tant cette quête est celle d’un temps qui n’existe plus que dans mon souvenir. Un temps qui, à Noël, s’emplit d’images, d’odeurs, de rires et de joie ; un temps où Lola, ma tante, si pauvre et si triste, en est à tout jamais la reine…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Didier

    |

    Moi, les mantecaos les meilleurs je les mangeais dans une boulangerie, rue Clauzel, à ……. Alger. Nostalgie

    Reply

  • michel dumas

    |

    Telle que décrite, je l’aurais aimé tout autant.

    Reply

  • robin

    |

    paix à Lola !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Trois notes d'humeur sur la "vie" narbonnaise – et d'ailleurs !

Trois notes d'humeur sur la "vie" narbonnaise – et d'ailleurs !

Rue du Pont des Marchands. Samedi matin, entre Halles et rue du Pont des Marchand. Le ciel est encore gris de hauts nuages. Un léger vent marin les pousse vers l'intérieur des terres. Au-dessus de [Lire la suite]
Jeux de "dames", à Narbonne, pour les prochaines municipales ?!

Jeux de "dames", à Narbonne, pour les prochaines municipales ?!

Les joueurs d'échec. Le Caravage. Dans le microcosme narbonnais, si les pièces principales du jeu politique des prochaines municipales sont en place, les conditions de son exercice ont profondément[Lire la suite]
Gazer ! Le mot et la chose, en jaune...

Gazer ! Le mot et la chose, en jaune...

Lundi matin aux Halles de Narbonne ! Accoudé à un bar, un de mes amis en compagnie de deux autres personnes. Très rapidement la conversation vire au Gilets Jaunes. Je reprends l'une d'entre el[Lire la suite]
Comment mieux lutter contre l'habitat indigne, dans la Narbonnaise… et ailleurs !

Comment mieux lutter contre l'habitat indigne, dans la Narbonnaise… et ailleurs !

J'ai reçu dans ma boîte de réception électronique ces photos. Ce sont celles d'un "appartement" de 13m2 avec une mezzanine… mais seulement accessible à genoux. Son loyer : 280€ ! L'installation élect[Lire la suite]
Le congrès des Gilets Jaunes des Pyrénées Orientales a tourné au vinaigre ...

Le congrès des Gilets Jaunes des Pyrénées Orientales a tourné au vinaigre ...

Plus de 500 sympathisants du mouvement des Gilets jaunes se sont rassemblés au centre culturel de Cabestany, dans les Pyrénées-Orientales. Un centre culturel (!) mis à [Lire la suite]
Médias, pourquoi tant de haine et de défiance !

Médias, pourquoi tant de haine et de défiance !

   Eugénie Bastié, comme de nombreux autres journalistes, s'interroge dans le Figaro du jour : "Médias, pourquoi tant de haine ?". Une haine allant jusqu'à l'agression physique dans les[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :