Contre-Regards

par Michel SANTO

L’option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

 

   

Narbonne fut grande, capitale aussi d’une vaste province romaine. Elle ne l’est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l’empêche pas d’honorablement tenir son rang. Celui d’une ville moyenne au charme indiscutable dans laquelle il fait bon vivre sans se croire obligé de ressasser la gloire de son lointain passé. Fut-elle sportive, comme celle de son club de rugby, le RCNM, entré lui aussi désormais dans les livres d’histoire. C’est ce genre de réflexions qui me venaient à l’esprit, ce matin, lisant le long entretien accordé au journal local par le président de ce club. Bon dernier au classement de la Pro2, menacé de descendre en fédérale, il nous explique n’y être (lui et son bloc d’actionnaires) pour rien. La faute en reviendrait aux dirigeants des vingts dernières années, à leur « gouvernance », à des infrastructures inadaptées [1]… Admettons ! Et d’ajouter : « Même un échec sportif ne doit pas nous faire oublier l’objectif principal : faire du Rcnm un club pérenne, attractif, avec une forte identité narbonnaise et régionale, et performant dans la durée ». Certes, mais la question se pose néanmoins du niveau des montants financiers directs et indirects  apportés au Rcnm par les collectivités publiques ? Et aujourd’hui, en regard des résultats de ce club, comment rationnellement les justifier. Ses performances, son image, loin de compléter et valoriser la communication municipale et le rayonnement de la cité, ont plutôt des effets négatifs ; quant à sa contribution à la promotion de la pratique d’un sport par le plus grand nombre de nos concitoyens, elle est, comparée aux adeptes des « ballons ronds », très faible… De sorte que nos décideurs « politiques » devront bien un jour, me semble-t-il, revoir cette option préférentielle accordée jusqu’ici au RCNM. Une option qui résulte d’une histoire qui n’est plus, et ne le sera plus jamais…

[1] « Avez-vous vu quelqu’un vous parler des infrastructures ? Moi, j’ai un projet, que je montrerai à la presse. »

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales 2020 Narbonne ! Que penser après la mise au point de madame Granier…

Municipales 2020 Narbonne ! Que penser après la mise au point de madame Granier…

En faisant  savoir qu’il serait présent dans le combat des « municipales », en premier de cordée ou pas, Alain Perea, a fait aussi réagir Mesdames Bossis (vice-présidente Ps du cons[Lire la suite]
Baromètre des Territoires 2019 / #Occitanie : le moral en berne !

Baromètre des Territoires 2019 / #Occitanie : le moral en berne !

L'Institut Montaigne vient de livrer son dernier baromètre des territoires. Un coup de projecteur sur la région Occitanie y figure en bonne place. Et l'image qui apparaît, à mille lieux de la communi[Lire la suite]
"Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste" !

"Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste" !

#Antisémitisme #Antisionisme.  Ah ! les pudeurs sémantiques de ceux qui nous expliquent savamment, ou bêtement, la différence substantielle entre antisémitisme et antisionisme, et qui feignent d’i[Lire la suite]
Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

Grand Narbonne : De la glisse, du vent et des trottinettes…

  Le Grand Narbonne a entrepris la promotion des « sports de glisse » sur son territoire et a décidé de soutenir financièrement des projets susceptibles d'accroître son potentiel naturel [Lire la suite]
Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Municipales 2020 à Narbonne : c'est parti pour Alain Perea et LREM…

Place de l'Hôtel de Ville de Narbonne. (Office de Tourisme) Pour ceux qui doutaient de la candidature d’Alain Perea et de LREM aux prochaines municipales, à Narbonne, l’équivoque est levée. Une lis[Lire la suite]
La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

La légende des périphéries urbaines abandonnées par l'État…

Le géographe Jacques Lévy est l’anti-Christophe Guilluy. Il met en avant l’ouverture à l’autre qui serait la marque des cœurs d’agglomération et montre que ce sont les contribuables des grandes vi[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :