Contre-Regards

par Michel SANTO

Municipales 2020 Narbonne ! Que penser après la mise au point de madame Granier…

En faisant  savoir qu’il serait présent dans le combat des « municipales », en premier de cordée ou pas, Alain Perea, a fait aussi réagir Mesdames Bossis (vice-présidente Ps du conseil départemental) et Granier (ancienne adjointe à l’urbanisme du maire NN), présentées par le député de LREM lui-même comme des personnalités aux profils politiques et « caractères » correspondant à la philosophie générale de son mouvement avec lesquelles ils souhaiteraient « travailler ».

La première, par la même voie médiatique, a assuré qu’elle resterait fidèle à sa famille politique et soutiendrait le candidat socialiste, sans toutefois jamais citer le nom de son collègue, Nicolas Sainte Cluque pourtant adoubé par « J’Aime Narbonne »  – en bon avocat, la subtilité rhétorique de ce soutien en forme… d’abstention, au mieux, d’opposition, au pire, n’a pas pu lui échapper ! Quant à Madame Granier, plus nette, et parce qu’elle n’a pas de « capital politique et symbolique » à défendre, dans son communiqué publié aujourd’hui, précise qu’elle s’engage bien « comme chef de file d’un « groupe de travail constitué avec des personnalités de tous horizons» et  qu’elle n’entend pas jouer le leurre ou la potiche de quiconque, et de monsieur Perea en particulier.

Enfin, dernier effet collatéral de la déclaration du député de la deuxième circonscription de l’Aude, mais guère surprenant, l’apparition sur la scène politique locale d’une nouvelle association « Narbonne Demain », animée, entre autres, par monsieur Guy Delaplace,  ancien militant du PS, qui fit campagne pour Emmanuel Macron et Alain Perea, lui-même…

Bref, tout se passe, comme si ce dernier avait voulu bousculer les initiatives prises dans l’intervalle politique borné par le PS et NN pour, au passage, accroître les divisions chez les amis de monsieur Sainte Cluque et semer le trouble chez ceux de madame Granier-Calvet… Créer du « désordre » productif à son profit, en quelque sorte… L’ancienne adjointe de Didier Mouly semble l’avoir bien compris !

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (7)

  • Avatar

    DELAPLACE Guy

    |

    Cher Michel. Permets-moi de te remercier pour ton billet ci-joint. Il me permet en effet de clarifier plus avant mon engagement politique local. J’ai été comme tu le rappelles militant PS jusqu’en 2017. J’ai rencontré à la section de Narbonne bien des gens formidables, que j’ai beaucoup appréciés et dont certains sont restés des amis. Cependant le système pyramidal habituel dans tout parti m’a quelque peu gêné, surtout quand il a fallu soutenir M. Hamon. Ayant été près de 40 ans instituteur, j’ai tout au long de ma carrière prôné auprès de mes élèves l’effort et une forme de dépassement de soi pour tirer profit des enseignements. Ce sont des qualités que je demandais à tous mes élèves, ce que les parents dans leur ensemble appréciaient par ailleurs. Et là, il m’aurait fallu soutenir un candidat qui estimait que le travail est une aliénation dont on peut se passer, il suffirait pour cela que la société verse un revenu universel. Magique… la semaine de 32 heures… le 49.3 citoyen… c’était au-dessus de mes forces. Tu sais ma liberté de penser et d’agir, je me suis donc libéré de mon adhésion au PS. Dans le même temps, quelque peu orphelin, je ne me sentais pas de rester inactif à l’approche des élections présidentielles. Comme beaucoup d’ex socialistes, M. Macron m’a semblé intéressant par son côté novateur, l’absence des scléroses liées à un parti étant un plus. Il était affiché social libéral, je me suis engagé avec de nombreux autres à favoriser son élection, le mot social ayant fait tilt dans mon esprit. Comme 94% des français je n’ai donc effectivement pas voté pour M. Hamon.
    Parallèlement à ça, en toute logique, avec d’autres j’ai intégré l’équipe de campagne du futur député Alain Perea. Je suis fier du travail collectif accompli, et jamais je ne regretterai quoi que ce soit. J’assume cet engagement aux côtés des centaines de personnes qui se sont mobilisées à cette occasion. Nous avons alors tous vécu des moments assez magiques. Tu le sais, tu passais régulièrement au local de campagne.
    Tu remarqueras que nous parlons là d’élections nationales, la présidentielle et les législatives. Dans ton billet tu évoques cependant les municipales, ce qui n’a rien à voir. Oui je suis à l’origine avec quelques amis de la création de l’association « Narbonne demain, c’est vous ! ». Oui, avec tant d’autres nous sommes porteurs de valeurs dont la finalité se résume en quelques mots : vivre mieux à Narbonne.
    Dans un esprit d’ouverture, dans une optique de fédération d’énergies, dans un souci de partenariat, de respect de chacun, oui, nous réunissons, nous séduisons. Tous les jours nous sommes contactés.
    Cette force de rassemblement que nous représentons n’est pas la quatrième à Narbonne comme certains ont cru bon de le dire, ne sachant pas de quoi il ou elles parlent, étant encore enkystés dans la vision d’un monde politique éculé.
    Nous sommes la première force à Narbonne : celle du réel rassemblement, du respect des intelligences individuelles au service du collectif.
    Fondamentalement libre, au service d’un idéal politique quelque peu novateur s’agissant d’élections municipales narbonnaises, je ne suis personnellement dans aucun parti, mais juste membre d’un collectif, fort d’un nombre chaque jour croissant de Narbonnais qui partagent la même ambition : rendre Narbonne encore plus agréable, plus entreprenante. Nombre de messages sont des expressions de soulagement de la part de Narbonnaises et Narbonnais qui nous contactent. Chacune des personnes engagées dans « Narbonne demain, c’est vous ! » a un esprit bouillonnant tant cette aventure humaine, collective est stimulante. Libre à qui voudra de se joindre à nous ; être encarté n’est pas interdit, l’individu ne se résume pas à un nom sur un fichier d’adhérents. Je rencontre régulièrement des personnes, mes amies et amis également
    Si tu as des idées, si tu as des projets, des envies de faire avancer notre Narbonne, rejoins-nous. Nous t’accueillerons avec plaisir. Si tu souhaites que notre association « Narbonne demain, c’est vous ! » soit également sur les ondes de grand Sud FM, tu sais comment me joindre, je me ferai un plaisir avec d’autres de me rendre à ton invitation.
    Bien amicalement, Guy Delaplace

    Reply

  • Avatar

    MARTINEZ

    |

    Michel et Jean-Claude,
    Il y a peut-être à Narbonne une autre langue pour s’exprimer que la langue de bois, de ce bois dont on fait les flûtes . La politique, nous savons ce que cela a donné, ici à Narbonne ,les chiffres du Ministère de l’économie sont là pour le rappeler . Quelle qu’en soit la couleur un bonnet d’âne, reste un bonnet d’âne. Il faut en sortir, il faut entreprendre et ne pas songer qu’à prendre. Cette ville a grandement besoin d’avoir à sa tête des locomotives, pas des wagons; des femmes et des hommes compétents et pragmatiques, les temps est venu de se libérer de certaines coutumes moyenâgeuse qui portent à la tête de la cité des individus en fonction de leur couleur politique ou par délégation . Nous avons un urgent besoin de gestionnaires pour la prospérité de notre ville, il faut en finir avec les gaspilleurs incompétents, c’est ce qui ressort des chiffres et dont souffrent nombreux concitoyens. Nous pouvons faire un inventaire de toutes les fautes commises, par les uns ou les autres, les sommes gaspillées ,ce sont toujours les contribuables Narbonnais qui payent et jamais les responsables ,il faut que cela cesse, il faut du changement, il faut changer ce qui n’a pu fonctionner.
    Ceci étant il serait juste d’accorder un temps d’antennes à de nouvelles voix , les autres ont déjà été entendues.
    Amicalement .Alphonse

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Le patron de la radio est Jean Claude Julès. Cela dit, vous avez raison, et il temps, me semble-t-il, s’ouvrir l’antenne à Radio Barques, pour que d’autres voix se fassent entendre. Ce message sera passé?

      Reply

  • Avatar

    Perez Benoit

    |

    Bonjour M. Delaplace,? et tout d’abord félicitation pour la création de votre association… ? Pour avoir rencontré votre collectif, en petit groupe avec tout d’abord, Sabine Flautre et Sabine Peyrouzel, puis ensuite en groupe plus complet, je connais votre détermination à vouloir participer à l’aventure des municipales 2020, je vous en félicite ?…

    Cependant, je m’intrigue ?sur votre utilisation du mot « novateur »… Vous avez rejoint le mouvement « en marche » car pour vous M. Macron était intéressant par son côté « novateur » … et vous vous dites aujourd’hui, « libre, au service d’un idéal politique quelque peu novateur »… ce mot vient du latin « Novator, celui qui renouvelle »…

    Vous parlez « d’esprit d’ouverture », cela me rappelle le slogan de J’aime Narbonne.

    Votre ambition « rendre Narbonne plus agréable » jusque là, il serait dommage d’écrire le contraire…

    Ayant quitté le PS, vous ne vouliez pas rester inactif, vous avez donc pris le bateau « en marche » comme « beaucoup de Socialistes » selon vous…

    Qu’elles sont donc les grandes lignes de l’esprit « novateur » de votre association (et de votre future liste?) ?

    Fidèle aux valeurs humaines, ❤️ il est évident que je m’intéresse au contour du paysage politique qui se dessine pour 2020… Il me semble important de rester sincère, droit et respectueux, l’avenir nous dira si effectivement vous êtes là « 1re force du rassemblement à Narbonne »,

    Amicalement,

    Reply

  • Avatar

    Perez Benoit

    |

    Bonjour M. Delaplace,? et tout d’abord félicitation pour la création de votre association… ? Pour avoir rencontré votre collectif, en petit groupe avec tout d’abord, Sabine Flautre et Sabine Peyrouzel, puis ensuite en groupe plus complet, je connais votre détermination à vouloir participer à l’aventure des municipales 2020, je vous en félicite ?…

    Cependant, je m’intrigue ?sur votre utilisation du mot « novateur »… Vous avez rejoint le mouvement « en marche » car pour vous M. Macron était intéressant par son côté « novateur » … et vous vous dites aujourd’hui, « libre, au service d’un idéal politique quelque peu novateur »… ce mot vient du latin « Novator, celui qui renouvelle »…

    Vous parlez « d’esprit d’ouverture », cela me rappelle le slogan de J’aime Narbonne.

    Votre ambition « rendre Narbonne plus agréable » jusque là, il serait dommage d’écrire le contraire…

    Ayant quitté le PS, vous ne vouliez pas rester inactif, vous avez donc pris le bateau « en marche » comme « beaucoup de Socialistes » selon vous…

    Qu’elles sont donc les grandes lignes de l’esprit « novateur » de votre association (et de votre future liste?) ?

    Fidèle aux valeurs humaines, ❤️ il est évident que je m’intéresse au contour du paysage politique qui se dessine pour 2020… Il me semble important de rester sincère, droit et respectueux, l’avenir nous dira si effectivement vous êtes là « 1re force du rassemblement à Narbonne »,

    Amicalement,

    Reply

  • Avatar

    MARTINEZ

    |

    Une ville doit être gérée comme une entreprise ,l’équipe de direction doit être compétente et soucieuse de la pérennité d’un bien commun. Les femmes et les hommes venant de tous les horizons ,de toutes les couches de la société , doivent être élus pour leurs compétences et non pour pour afficher leur vernis . Aujourd’hui c’est le cas . Évidemment toutes les inconséquences sont permises ,la clientèle est captive, les irresponsables n’assument jamais . Les exemples sont légion et ce sont les braves Narbonnais qui payent. Le pire c’est qu’ils prétendent revenir, voyez la situation de notre ville. Notre expert comptable s’appelle le Ministère de l’économie, ils n’ont pas de quoi pavoiser; c’est lamentable.

    Reply

  • Avatar

    Dumas

    |

    De la vieille politique tout çà!.. de la très vieille politique politicienne.
    Rien de ce qu’attendent les citoyens.
    D’ailleurs les citoyens n’attendent plus. Ils veulent participer.
    Participer : le mot du futur, le mot de bientôt, le mot des municipales à venir : participer!.
    Et que reçoivent les citoyens en échange aujourd’hui? Les mêmes combats d’ego d’antan.
    Des candidats qui chevauchent aujourd’hui le cheval Macron comme ils chevauchaient précédemment le cheval PS.
    Ils ont faim. Ils veulent encore ce râtelier, quel que soit le foin qu’on y entrepose.
    Par nos parcours personnels, nous sommes quelques uns à connaître ces travers , que ces politiciens croient inaccessibles au citoyen lambda .
    Durant le temps que les candidats plient leurs filets avant de les jeter sur le “peuple”.
    Posons le débat incontournable que les citoyens Audois attendent.
    D’abord, toute candidature doit être portée par un projet politique, tenant compte des paramètres réellement existants.
    Nulle entreprise, comme le précise A.Martinez, ne s’engagerait dans un projet sans ces paramètres là : l’analyse de l’existant.

    L’existant à Narbonne est d’abord l’impact du climat climat sur la vigne: réchauffement
    La vigne, de l’avis d’experts, sera repoussée au pied mont. Qui se pose la question de la reconversion des terrains, de l’indemnisation des familles dépossédées, de l’aide à la reconversion pour quelle autre culture?.. l’Amandier, le grenadier…rien n’est public sur ces choix. Débattons!
    La montée inéluctable des eaux redessinera le pourtour méditerranéen..l’info est confidentielle si elle existe. Débattons globalement!.
    L’industrie : quel choix industrielle unifié pour la région? L’avionique? l’espace? les hautes technologies? Débattons en !
    Sur quels terrain? Dans quels couloir? (Toulouse Barcelonne, Toulouse Montpellier?)
    Comment s’inscriront les communautés de communes, d’agglo sur cette route? Débattons-en.
    Le tourisme : comment traiter le littoral ? Pour quel tourisme? nature? de masse? de luxe? sait-on quel sera l’impact précis du climat sur son dessin futur. Débattons-en!
    De ce grand débat doivent sortir les élements nécessaires à l’élaboration d’un projet politique.
    Sans ce socle aucun projet novateur global n’est possible.
    C’est ce que nous observons depuis 50 ans.

    Je soutiens Macron dans sa volonté politique, même si sa méthode m’étonne parfois, son projet reste sur la route dessinée dans son livre “REVOLUTION”.
    Je me suis détaché de LaREM en tant que structure politique. Je l’estime inutile en l’état pour le projet politique, voire dangereuse pour E.Macron par son style auberge espagnole.
    Quant au chicaneries politiciennes de Narbonne, elles sont inconvenantes lorsqu’on se prétend en marche et risibles lorsqu’on est encore PS.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :