Contre-Regards

par Michel SANTO

Narbonne-Solidaire : un écosystème de fraternité…

Jeudi 19 heures, rendez-vous avec Benoit-Maéva Perez, le jeune et entreprenant animateur de Narbonne-Solidaire, sur le parking de l’ancienne salle des ventes où je le retrouve en compagnie de sa joyeuse (oui !) équipe de bénévoles servant le repas du soir à cette “société” de SDF et de clochards – j’en croise certains dans les rues de Narbonne, mais la plupart me sont inconnus – qui vit – façon de parler – en marge et dans l’indifférence plus ou moins avouée de la nôtre, quand elle n’est pas à ses yeux rendue invisible. Je disais joyeuse, parce qu’à l’évidence, dans cette relation entre ces personnes de tous âges en détresse et leurs servants de ce début de soirée, la dignité et le respect dû à chacun de ces êtres en très grandes difficultés, excluent toute forme de “lamentation”, de poisseuse compassion. Benoît me raconte chacune de ces histoires, de ces vies. Et je peux voir, devant et derrière les tables  sur lesquelles les “bénévoles” ont amené entrées, plats et desserts qu’ils ont eux-mêmes préparés, des visages marqués par ce souci d’humanité que l’on constate souvent, paradoxalement, dans des situations de très grande misère physique ou sociale, et qui fait défaut, la plupart du temps, dans le quotidien de ceux qui n’en ont jamais connues… Ces “restos-trottoir” (trois par semaine et toujours au même endroit et à la même heure) se terminent à 20 heures, heure à laquelle une maraude suit, pour aller au contact de ceux qui n’ont plus la force, ou ne veulent pas se déplacer… L’admirable aussi, dans cette initiative solidaire prise en 2017 par  Benoit-Maéva Perez, est qu’elle le fut de manière spontanée sur Facebook et qu’elle persévère dans cet esprit quasi “autogestionnaire”. Pas de subventions sollicitées, à l’abri donc de toutes sommations d’allégeance politique ou symbolique et ne comptant que sur  ses seules forces et capacités d’auto-organisation, cette association fait aussi preuve d’innovation dans un monde associatif, disons- le, assez normé. Ce soir, j’ai pu croiser des bénévoles venant d’horizons religieux et politique différents mais tous pratiquant en acte un devoir de fraternité. Ce mot de notre devise républicaine trop négligé qui me fait penser, l’écrivant, à la conférence donnée la semaine dernière, à la Médiathèque de Narbonne, par Abdennour Bidar, sur ce sujet. J’y ai assisté et retenu, notamment, cette formule : “La fraternité, c’est un dénominateur commun à tous les humanismes”. Et cette idée encore, qu’il nous appartient, à tous les niveaux de notre vie sociale, famille, école etc… de créer des “écosystèmes de fraternité”. Dommage qu’il n’est pu, ce soir là, se rendre à deux pas du lieu où se tenait sa conférence. Il aurait alors constaté que la fraternité, comme utopie concrète, peut s’exprimer avec de faibles moyens, mais une grande générosité collective, sur le petit parking d’une ancienne “salle de vente”…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveus[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et du Travail…

Narbonne ! Municipales2020 : Moderniser la piscine municipale et son Palais des Arts des Sports et d

    Il faut bien le reconnaître, le Palais des Arts des Sports et du Travail a toujours fait l'objet d'un rejet esthétique, culturel et politique de la part des élus de droite et de gauche [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio