Contre-Regards

par Michel SANTO

Inconfort moral et hypocrisie politique.

 

Ségolène Royal ce dimanche: “L’immigration clandestine, même si on aurait envie de faire plaisir à tout le monde et d’accueillir tout le monde, n’est pas possible parce que cela pèserait encore sur les conditions de travail et de vie des gens déjà les plus défavorisés de notre société.” Tout en préconisant quand même un examen au cas par cas.

Une position finalement pas si isolée au sein du Parti socialiste. Ainsi Sandrine Mazetier, la secrétaire du PS à l’immigration, préconise-t-elle un “accueil temporaire” suivi d’un traitement personnalisé des personnes immigrées…

Un modèle d’ambiguïté qui permet, dans un seul mouvement et après un grand coup de menton autoritaire : le refus de l’immigration clandestine, d’offrir un visage humanitaire et  accueillant : le traitement au ” cas par cas “.

Une posture politique aussi d’une hypocrisie absolue dans laquelle se mêlent inconfort moral et opportunisme électoral. Un mélange détonant qui décrédibilise toute parole publique. Et on feint ensuite de brandir la menace « populiste » !… (1)

Ah ! que je vous dise aussi : ”  les martinets sont de retour “. Depuis une semaine, matin et soir, ils sillonnent en bandes le ciel narbonnais…

(1)  je profite de la circonstance pour saluer ici Manuel Valls et encourager ceux qui me lisent à lire son dernier ouvrage: ” Sécurité “. Pour en avoir une idée, voir l’article que lui consacre P.Bilger sur son site.

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio