Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Nouveau Narbonne se meurt !?

 00C8000000805164

Didier Mouly : «Je ne veux pas m’asseoir à une table où l’on parle de politique. En revanche, si on parle de défense des Narbonnais, d’expansion de la ville, alors là, je serai présent et avec moi Nouveau Narbonne». Un point de vue qui m’a tout l’air d’une ligne politique… Mais une ligne politique qui me paraît définitivement obsolète. Et qu’un Michel Moynier, même vainqueur aux dernières municipales avec l’estampille “Nouveau Narbonne” , aurait de toute façon, sur la durée, sérieusement amendée pour ne pas dire relâchée. Pour deux raisons simples.

La première est que « le faux nez » de l’apolitisme de ” Nouveau Narbonne” ne faisait illusion que parce qu’il était porté par son créateur : Hubert Mouly. Celui-ci disparu, la légitimité de l’apolitisme de son mouvement (N.N), qui tenait aux conditions initiales de sa première élection et  construite ensuite, sur plusieurs mandats, dans une opposition frontale au parti socialiste local sans franche adhésion aux droites républicaines, ne pouvait que s’effriter sous le dernier mandat de Michel Moynier pour, je le pense, ne plus devoir peser après sa défaite dans le jeu politique local. D’autant qu’on voit mal l’UMP locale ,dans ces circonstances, ne pas revendiquer toute sa place et sa totale lisibilité.

La deuxième raison, est qu’on ne peut plus raisonner Narbonno-Narbonnais pour « défendre » ses habitants et promouvoir son «  expansion ». Désormais, le territoire des narbonnais, si on peut parler comme çà, c’est aussi celui de Coursan, Salles d’Aude…Leucate et Port la Nouvelle. Et l’essentiel des compétences étant à la Communauté d’Agglomération, leur exercice nécessite, bien évidemment, et à l’inverse du temps passé, des politiques de “coopérations” avec un environnement institutionnel, social et politique qui rendent ridicules des oppositions du style : «  le projet de zone d’activités de Salles-d’Aude, porté par la Région… risque de nuire à celui de Narbonne Est ».

Ces quelques remarques pour constater que,  sans changement de ce «  logiciel » là, daté et périmé, et de nouveaux leaders pour incarner cette mutation nécessaire, l’opposition à Jacques Bascou, n’a aucune chance, sauf grosses erreurs de sa part, toujours imprévisibles, pour venir à son secours, de remporter quelques victoires locales lors des prochaines échéances électorales.

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio