Contre-Regards

par Michel SANTO

On fête quoi exactement?

 

Le 10 mai 1981, une foule en liesse, place de la Bastille, croyait qu’enfin « la vie

allait changer ». La vie, que ça ! Une vie qui ne serait plus triste comme les yeux

de celui qui de bonheur parlait. Mais les poètes ont toujours raison et ce soir là

sur cette même place Louis Aragon s’étonnait : « On fête quoi exactement ? ».

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • raynal

    raynal

    |

    Oui, mais c’etait beau quand meme…J’etais jeune, j’etais rimbaldien, moi aussi je voulais changer la vie…J’ai cru, de bonne foi, que l’on pourrait y parvenir par l’action politique…Exalté
    que j’etais, je mélangeais un peu(beaucoup…?)lyrisme poétique, aspirations métaphysiques plus ou moins floues, je brassais a pleine bouche tous ces grands principes qui me paraissaient résumer
    la dignité humaine…Justice, solidarité, fraternité…trompettes, violons et grandes orgues.

    Que c’est loin tout cela !Les socialistes, disait je ne sais plus qui, voulaient changer la vie …C’est la vie qui les a changés !

    On célèbre ces jours ci leur imposteur en chef; je ne partage certes pas cette dévotion(un cornard qui se respecte ne doit pas encenser celui qui l’a fait cornu…) mais je ne lui en veux pas
    (plus…?).La fascination pour un gourou est peut etre une étape obligée dans le parcours spirituel et philosophique d’un homme, j’y ai succombé, il fallait sans doute que cela soit pour que mes
    yeux se décillent…C’est sans doute plus ennuyeux pour ceux qui continuent leurs génuflexions, mais après tout c’est leur problème.

    A ce propos, lu ce matin dans Anatole France(bien oublié et comme c’est dommage !)

     »Les gens etaient mécontents, alors ils l’ont élu…

    Cinq ans après ils etaient mecontents alors ils en elu un autre…

    Ainsi va l’histoire de nos sociétés démocratiques qui, nous le savons bien, n’est jamais que le moins pire des systèmes.

    Un peu de Chateaubriand pour agrandir la perspective…?

     »La vieillesse est une voyageuse de nuit, la terre lui est désormais cachée, elle ne voit plus que le cièl »

    C’est tout le mal que je te souhaite, a toi, qui au travers du bruit et de la fureur des idéologues de tout poil, sait encore t’émouvoir du retour des martinets.

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Jacques! Que cette  » fête  » ait été organisée par Berger et Pigasse: la mode et internet est déjà en soi tout un symbole ( ne développons pas…). Et puis ceci que l’histoire ne se répète pas ou
    alors sous la forme d’une  » farce  » ( Cf Marx ), ce qui fut le cas ce 10 mai… Pathétique!

    J’avoue aussi n’être pas d’un tempérament festif: je n’y étais donc pas à la Bastille, en 1981. De plus, issue d’une longue tradition familiale communiste, j’ai adopté quasi instinctivement
    la posture du retrait ( mes parents celle du vote révolutionnaire, c’est à dire l’abstention… tu sais la vieille méfiance pour ne pas dire plus envers les  » sociaux démocrates  » )…

    Cela dit , j’en conviens ; faisons avec un système qui sans être parfait est celui qui offre le moins d’inconvénient et ne nous laissons pas distraire de l’essentiel…

    Ce matin, le vent du Nord semble s’installer…C’est mon actualité du jour. Bien à toi

    Reply

  • raynal

    raynal

    |

    Tant pis si c’est un peu cabotin mais je voudrais te dire les derniers vers d’un texte écrit par ton serviteur voici déjà plusieurs années…Cela, me semble t’il te donnera une idée de ce que fut
    (et demeure encore un peu) mon etat d’esprit…

    Tu diras c’etait fou mais un pli sur ta bouche

    marquera le regret du beau reve passé

    Tu diras c’etait vain mais déjà sur ta couche

    une larme furtive aura déjà glissé…

    Et de ton coeur, enfin, brisant l’indifférence,

    ton reve volera vers la grande esperance…

    Poésie, révolution, jeunesse, nostalgie…Mais ou sont les mois de mai d’antan ?

    Amère nostalgie des grands embarcadères

    quand le dernier bateau s’eloigne de la terre

    avec toutes ces fleurs que l’on n’a pas cueillies

    et toutes ces amours que l’on eut accueillies…

    Ne cherche pas c’est aussi de moi,tu m’as rendu mélancolique avec l’évocation de ces vieilles choses…Je vais voir mes figues dans mon jardin, elles seront bientot mures…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

  Narbonne, vendredi 23h 30   Depuis ce matin, Alain Perea se fait tirer comme un lapin sur les réseaux sociaux. À ses trousses, des milliers de "fusils" venus des quatre coins du[Lire la suite]
Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

        Vu d'Aude, encore traumatisée par les catastrophiques évènements subis au début de cette semaine – une Aude, en certains de ses endroits, dévastée, où des famille[Lire la suite]
Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

      Narbonne, le 16 octobre à 13 heures Depuis hier soir, ne me quitte plus ce sentiment du dérisoire et de l'insignifiance  de la "vie" politique telle que la rapportent [Lire la suite]
La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande poursuit sa "tournée des popotes" dans les supermarchés et les grands magasins culturels. Parfois des librairies. Il y vend et signe ses "mémoires" quinquennales : "les leçons du po[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :