Contre-Regards

par Michel SANTO

Petra nous libère!

 

Une statue en silicone d’une policière en train d’uriner est au coeur d’une petite polémique à Dresde (Allemagne). Petra, c’est son nom, est en métal et en silicone, dans un uniforme anti-émeutes vert foncé aux couleurs de la police allemande. Accroupie, fesses à l’air et pantalon partiellement baissé. Sous elle, une flaque en gélatine. Cette oeuvre «étonnante (…) montre très bien qu’il y a une différence entre sphère publique et sphère privée», explique la représentante du  jury, qui l’a sélectionné. Comme si pisser sur un trottoir ou contre un mur suffisait à l’établir. Laissons de côté cela auquel  je  ne comprends rien, pour retenir de cette mise en scène que,  sous l’uniforme, le casque et la matraque, de la personne publique impersonnelle, se tient une femme, une personne privée, avec ses humeurs et envies de toute nature.  Ses faiblesses aussi.  Une façon, assez forte, il faut en convenir, pour « l’artiste », de briser l’apparente force de dissuasion et de répression de tous les uniformes de tous les pouvoirs. Et pas seulement policiers ! On imagine assez une ou un Pétra  du monde des médias ou de la politique de nos contrées gauloises, siliconés et accroupis de la même manière. Ou se rasant ou se maquillant tous les matins. Comme tout le monde… Finalement, cette Petra n’est pas qu’une banale provocation. Elle peut modifier notre regard sur toutes ces « idoles » qui aliènent nos vies. Nous libérer de nos « peurs » et dépendances.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • phthoreux

    |

    Le plus surprenant est qu’on appelle encore ça de l’art… Bien à vous, et tous mes voeux !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :