Contre-Regards

par Michel SANTO

Pierre Jacquemain n’a pas les “mains pures” | Contre-Regard.com

jacquemain-contreregard


Ce vendredi matin, le journaliste vedette de RMC, le sieur Bourdin, recevait un personnage inconnu de ses auditeurs et du grand public, un dénommé Pierre Jacquemain, qui fut un temps le conseiller de Myriam El Khomri. Un inconnu qui ne devrait plus l’être, les grands médias se l’arrachant pour l’entendre promouvoir son bouquin : “Ils ont tué la gauche” (Ed. Fayard); un livre dans lequel il raconte que la loi Travail a été conçue puis pilotée par Matignon et Emmanuel Macron.

Ce que tout le monde sait. Et qui, pour ce qui me concerne, me semble tout à fait normal. Un livre inutile et du temps médiatique gaspillé donc. Mais un livre qui  sera toutefois lu par le premier cercle de l’UNEF et les “Frondeurs” de toutes sortes de “gauche”, qui se résume à des platitudes déjà exposées par son auteur dans une tribune publiée au début de mars, sitôt son cabinet ministériel quitté le 19 février.

Sa première phrase donnait déjà le ton : “Pour faire de la politique, il faut rêver.” La dernière, identique : itou ! Et au milieu ceci : “Ce texte est un non-sens économique. Une aberration politique. Il résulte d’une équation terrifiante : d’une part, l’autoritarisme matignonnesque et, d’autre part, l’invasion, à tous les étages, de la technostructure.”

On y cherchait vainement un, un seul, argument un tant soit peu sérieux pour justifier sa décision et sa prise de parti. Il est vrai qu’il rêve encore! Comme si l’exercice du pouvoir et des responsabilités qu’il implique supposait de garder raidement sa tête dans les nuages  et ses « mains toujours propres. » À ce compte, mieux vaut rester dans l’opposition et y prospérer bien au chaud dans une collectivité locale présidée par un ami politique. Ce que notre jeune conseiller en stratégie a d’ailleurs fait jusqu’ici, si j’en crois son CV (ici). Un CV qui donne quand même à réfléchir sur ses compétences et ses expériences professionnelles. Du moins celles à l’appui desquelles il devait se charger de la réforme du Code du Travail, en lieu et place d’un Macron et de ses proches conseillers.

Cela dit, par ce coup d’éclat, Pierre Jacquemain révèle de quoi et par qui sont peuplés certains cabinets ministériels. Mais fort heureusement, sur des projets de cette importance, la réalité du pouvoir et de l’influence est ailleurs: à l’Élysée et à Matignon. Et pour ceux – des conseillers – qui font semblant de l’ignorer, ne leur reste plus qu’à se faire « virer » et publier des livres –  cette collection  : “Postures et imposteurs au sommet de l’État” est faite pour eux – dans l’espoir d’en tirer une brève mais jouissive gloriole.

Bof!

     

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Legrand

    |

    Avez vous vraiment lu ce livre ?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :