Contre-Regards

par Michel SANTO

Polémique ! Loi Littoral : quel traitement pour les « dents creuses », dans l’Aude notamment ?

 

La plage des Coussoules à La Franqui (le blog de l’Aude Pays Cathare)

     

À lire certaines tribunes, articles ou déclarations, le littoral serait à nouveau livré aux appétits financiers des promoteurs immobiliers et menacé par de nouvelles vagues de « bétonnisation ». La cause ? l’article 9 du projet de loi Élan (Évolution du logement, aménagement et numérique), modifié par un amendement voté en Commission, qui permettrait l’urbanisation des « dents creuses ». Ce qui, sans explications précises, autorise en effet les interprétations les plus farfelues (les titres de nos quotidiens en rendant compte de façon alarmiste – afin de séduire leurs lecteurs qui, en général, d’ailleurs, se limitent à leurs seules lectures.) : « Loi Littoral : comment les «dents creuses» pourraient bétonner nos côtes », pour le Parisien ; « Loi littoral : cette réforme qui pourrait bétonner les bords de mer » selon Capital ; « Le gouvernement va-t-il ouvrir des brèches dans la loi littoral ? » pour la Croix etc. Qu’en est-il exactement ?

Pour bien comprendre les enjeux, commençons par rappeler ce que disent aujourd’hui la loi de 1986 et sa jurisprudence. D’abord qu’il est interdit  de construire sur une bande de cent mètres à partir du rivage en dehors des zones déjà urbanisées, et que « L’extension de l’urbanisation doit se réaliser soit en continuité avec les agglomérations et villages existants, soit en hameaux nouveaux intégrés à l’environnement « . En conséquence, les constructions peuvent être autorisées dans les communes littorales en continuité avec les zones déjà urbanisées, caractérisées par une densité significative des constructions, mais qu’aucune construction ne peut en revanche être autorisée, même en continuité avec d’autres constructions, dans les zones d’urbanisation diffuse éloignées des agglomérations. »

Quelles sont à présent les conséquences des amendements du gouvernement et des députés votés hier soir :
  • que le « comblement des dents creuses » (des parcelles vides situées entre deux bâtiments construits dans un même hameau) ne pourra s’appliquer ni dans la bande des cent mètres du littoral ni dans les espaces proches du rivage,
  • qu’il sera réservé aux « logements et aux services publics »
  • et que seront exclus les projets « de nature à porter atteinte à l’environnement ou aux paysages ».

J’ajoute que les critères élaborés par le Conseil d’État, au fil de sa jurisprudence, pour définir un « hameau » : plusieurs bâtiments suffisamment proches les uns des autres pour être regardés comme groupés, sont, de plus, très contraignant. C’est ainsi que la plus haute juridiction administrative a exclu dans son appréciation de cette notion des  constructions éparses distantes de 30m seulement…

On voit donc bien que cette modification législative est très loin d’ouvrir le littoral  à la spéculation et à la promotion immobilière, comme j’ai pu le lire, encore ce matin, notamment sur les réseaux sociaux. En réalité, il s’agit de résoudre des cas très particuliers. Le coeur, l’essentiel de la loi de 1986 n’est pas touché, et le risque invoqué  de son « détricotage » relève plus de la polémique politicienne que d’un jugement raisonné. De sorte que, sous réserve d’une étude plus appronfondie, ne connaissant pas de « dents creuses » sur le littoral par exemple, ces modifications législatives, ne devraient rien changer à l’état présent des aménagements permis…

   

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Avatar

    Aimé COUQUET

    |

    Il doit bien y avoir quelques « amis » qui doivent être propriétaires de dents creuses !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Là Aimé, vous creusez trop profond !?

      Reply

  • Avatar

    Pascal Pichon

    |

    Une autre façon de voir, c’est que ces dents creuses ne pouvant être comblées pour l’instant, les immeubles, maison de chaque côté pourraient à terme ( lointain c’est vrai), être détruit et faire ainsi d’une dent creuse, un vrai espace naturel.

    Enfin, si une dent creuse venait à ne plus porter cette appellation, cela signifie qu’au contraire, les immeubles de chaque coté prennent de la valeur, et pourraient à l’avenir faire partir d’un ensemble plus conséquent ( les promoteurs ne manquent jamais d’appétit !)

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Sauf que le creux ne pourra être comblé que par des équipements publics, etc comme je le note dans ce court billet …

      Reply

      • Avatar

        Pichon

        |

        Quelles garanties sur le fait qu’un bâtiment soit uniquement dédié à un service public? À l’heure où on ferme les bureaux de postes Je n’y crois pas trop . Et vous l’écrivez aussi  » au service public ET aux logements .
        Vous ne voulez pas voir les risques associés à de telles décisions . Comme pour le glyphosate, s’il n’est pas plus dangereux qu’un plat de lentilles , pourquoi tout simplement ne pas l’autoriser sans restriction ?

        Reply

        • Michel Santo

          Michel Santo

          |

          Sur le premier point, ces contraintes figurent dans l’amendement et on donc force de loi. Et je vous redit que la jurisprudence est très contraignante sur la définition d’un « hameau » et le types de parcelles concernées, en sachant de plus que sont exclues de cette possibilités les dents creuses situées dans la bande des 100 mètres en bordure du cordon littoral…

          Reply

  • Avatar

    PICHON'

    |

    Jurisprudence contraignante ?
    C’est tout de même fort de faire reposer sur une jurisprudence un comportement quelconque, et ce dans la mesure ou trés souvent les jurisprudences servent à atténuer les effets d’une loi.
    C’est mettre le doigt dans un drôle d’engrenage que de voter cette loi Élan.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Là en l’espèce et comme toujours pour les juridictions administratives c’est très très encadré…

      Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :