Contre-Regards

par Michel SANTO

Pour les 100 ans de l’OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l’échiquier politique français…

 

 

En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre et la droite modérée se sont petit à petit rapprochés de ce noyau dur. Puis, aux européennes, LREM a proposé une offre élargie à ses partenaires : Agir, qui rassemble la droite Macron-compatible, le Mouvement radical et des écologistes en rupture de ban avec Europe Écologie-Les Verts. Depuis la déroute des Républicains, de nouveaux élus s’agrègent, en grande majorité issus de la droite.

Pendant ce temps, un «Agir de gauche», pour contrebalancer cette composante de la droite-libérale, est dans les cartons, sous la houlette de Y. Le Drian. Olivier Faure, déjà contesté en interne pour son « incapacité à parler aux autres partis de gauche », aura d’autant plus de mal à contrecarrer cette initiative que, dans un contexte électoral à venir très difficile — municipales et régionales — le Ps et ses élus locaux jouent tout simplement leur survie. Et le coup d’envoi de cette offensive idéologique et politique en direction de la « gauche » vient d’être solennellement lancé par Emmanuel Macron lui-même, à Genève, hier, devant un parterre de dirigeants syndicaux rassemblés au sein de l’OIT : « On peut me reprocher, a répondu ironiquement M. Macron, de tenir des discours “crypto-marxistes à l’OIT” et en France de faire ses “petits commerces” avec la même méthode. Je ne crois pas », a-t-il tranché. » (Le Monde). Pour ajouter : « La France a traversé ces derniers mois une crise très dure, mais que j’ai personnellement vécue comme une forme d’opportunité. » En chinois, la définition du mot crise est composée de deux caractères. Le premier caractère « danger » représente un homme au bord d’un précipice. Le second, souvent associé au vocabulaire des machines, signifie opportunité. Une sémantique chinoise, plus riche que la nôtre, qui évoque le caractère favorable que peut représenter une crise pour une organisation, un pouvoir etc. L’acte II, social et politique, du quinquennat, est donc bien ouvert…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio