Contre-Regards

par Michel SANTO

Retour sur le catastrophique faux-concert d’Aznavour à Narbonne…

 

 

 

 

flyer-P.-DAUMER.jpg

 

 

 

Manuel Cudel revient, dans l’édition du Midi Libre de ce dimanche, contrat en main, sur le catastrophique faux concert d’Aznavour du dernier festival Trenet,  Qu’apprend-on ? Rien qui ne nous éclaire vraiment sur un spectacle, et sa présentation, vendu comme s’il s’agissait d’un concert exceptionnel du grand Charles. Car  c’est de cela qu’il s’agit, en réalité ; et qui explique que six mois avant sa tenue, plus une seule place du Théâtre Scène Nationale de Narbonne, n’était disponible. C’est l’histoire d’une habile publicité qui, au final , s’est brutalement retournée contre son donneur d’ordre et son concepteur, et de rien d’autre. Sauf à considérer, évidemment, que toutes les victimes de cette campagne de communication ne sont que de fieffés imbéciles tout juste bons à être ainsi plumés . Une petite chanson qui court les colonnes d’un certain journal, que nous ne citerons pas par charité profane … Non ! soyons sérieux et posons la seule question qui compte, sereinement et sans excès . Qui a donné le feu vert à cette opération et qui l’a conçue ?  Manuel Cudel n’y répond pas, disais je, quoique sa lecture entre les lignes nous éclaire un tout petit peu sur ce sujet, certes, j’en conviens, délicat… J’eusse cependant aimé – mais était ce possible?  – que les liens entre l’élue en charge de ce festival – qui visiblement n’a pas aimé mes chroniques consacrées à cet événement en me le signifiant hier au soir lors du 50 ème anniversaire des Centurions en me tournant ostensiblement le dos – et l’entreprise Coll Production, nous soient, comment dire, exposés en toute clarté. Non pour faire état de je ne sais quelles turpitudes, toujours hélas supposées, mais tout simplement pour comprendre les causes de ces dysfonctionnements, qui furent désastreux pour l’image de la Ville. Ce que je crois, pour aller à l’essentiel, c’est qu’il manque entre le niveau politique:  en l’occurrence madame Eglessies  et les marchands de spectacles, une véritable Direction artistique. Un métier qui ne s’improvise pas! On ne monte pas un festival, comme on vend des voyages … Cela exige, en interne, de vraies compétences. De celles acquises par d’autres collectivités qui ambitionnent , tout autant que Narbonne, de concourir dans le champ très concurrentiel des « festivals estivaux ». On ne peut donc laisser faire seuls des professionnels du showbizz,  même et surtout au motif qu’ils seraient liés par leur nom à l’histoire de cette ville. Ou compter, à cette échelle de technicité, sur l’amateurisme d’élus tout aussi dévoués – et le dire n’est pas une insulte – qu’incompétents. Je dois préciser, qu’en en discutant avec un autre conseiller municipal de la ville, hier soir toujours, et de manière au demeurant fort courtoise, j’ai pu constater que mon point de vue était largement partagé –  et certaines de mes chroniques festivalières goutées… Finalement, cette soirée de Samedi, à l’abri de l’orage, organisée par le président des Centurions, Jérémie Ribourel, et ses amis, était très réussie… Ce club de volley  a une âme !  Quel plaisir d’y avoir retrouvé des amis, et, en cette occasion, des élus avec qui l’on peut civilement discuter des affaires de la cité pendant que d’autres vous tournent     coléreusement le dos…

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio