Contre-Regards

par Michel SANTO

Selon que vous serez préfet ou élu…

Sur le bandeau des ” Etats généraux de l’outre mer ” , cette devise ” Ensemble pour construire une République fraternelle “. Et l’un de ses responsables, celui de la Réunion, un Préfet, hors cadre, qui fit d’abord une carrière  militaire, de se comporter comme une vulgaire canaille dans sa relation avec une employée antillaise à l’aéroport d’Orly.Immédiatement suspendu par le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux au motif que de tels comportements étaient indignes des valeurs de notre République, j’espère cependant que notre ministre n’en restera pas là. Une sanction, néanmoins, qui me fait d’autant plus regretter qu’une diligence aussi ferme et rapide ne soit pas pratiquée par les partis quand un des leurs ( il ne l’est plus mais c’est tout comme! )  exhibe envers les harkis, les électeurs, ses propres amis politiques et tant d’autres, tout le mépris qu’il leur porte.Il paraît même que le personnage en question sera adoubé par ceux là mêmes qui l’ont exclu, afin de conserver le fauteuil présidentiel qu’il occupe au Conseil Régional du Languedoc-Roussillon. Une promotion, en quelque sorte! Qui, elle, sans vergogne foule aux pieds les valeurs de la République…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio