Contre-Regards

par Michel SANTO

Sur la violence faite au Pape François après ses propos sur la “violence islamique” et la “violence catholique”…

 

islam-violence-pape-francois


Ce qu’il y a de démocratiquement aberrant avec Facebook, en particulier, et les réseaux sociaux en général, c’est que tout le monde peut donner et faire la leçon à Obama ou au pape François. Ce dernier disserte dans son avion sur la violence en général, et celle de l’islam en particulier, que la médiasphère s’enflamme. Pour avoir dit: « Je n’aime pas parler de violence islamique », après avoir prononcé, lors du vol aller, le mot de « guerre » à propos du terrorisme, tout en se refusant l’expression « guerre de religions », tout juste n’est-il pas traité de “collabo” avec Daesch.Il suffisait pourtant d’aller voir d’un peu près, dans la totalité de l’entretien accordé aux journalistes qui l’accompagnaient, pour se rendre compte, à l’évidence, que sa “comparaison” de la violence islamique avec la violence catholique, tirée de son contexte général, avait fait l’objet d’un détournement de sens utilisé au profit d’une énorme manipulation orchestrée par l’extrême droite et les “identitaires” de droite,  et de gauche – oui, ils existent! Que dit le pape en effet sinon que tout musulman n’est pas nécessairement un islamiste terroriste en puissance. Et que postuler le contraire serait admettre que tout musulman est virtuellement en état de massacrer tous ceux qui ne le seraient pas – chrétiens en général, athées … Ce que justement le pape récuse en refusant cet identitarisme dans lequel veulent nous enfermer tous ceux qui veulent nous entraîner, ici même, dans une guerre de religion suicidaire… Et que propose-t-il sinon le dialogue, la confrontation, le questionnement sur des lectures et des pratiques de l’Islam dans une France laïque, et qui entend bien le rester, notamment. Pas un dialogue avec les terroristes, évidemment, mais un dialogue avec les musulmans. Encore faut-il être capable de faire la différence, ce qu’un identitaire ne peut pas faire, et ne fait pas. Avons-nous d’autres choix?

 

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Avatar

    Jacques Molénat

    |

    A nouveau une analyse pertinente !

    Reply

  • Avatar

    Finet Daniel

    |

    Oui, le pape François a raison et il parle juste.
    Oui, Monsieur Santo, vous parlez d’or.
    Non, ce n’est pas parce que des fanatiques nous assaillent (dans ce cas-ci au nom de leur religion) qu’il faut nous laisser faire.
    Un seul mot d’ordre valable : ne jamais attaquer, toujours se défendre.

    Reply

  • Avatar

    Le Maître

    |

    Quoiqu’il en soit ce pape, Jésuite, faut il le rappeler à quand même une attitude bienveillante enves une religion qui ne rêve que de dominer le monde en éliminant tout ce qui n’est elle même et à l’intérieur même ne tolère pas ceux qui sont dissidents, le pape par ses propos à comparé le Christianisme a l’islam en cruauté hors il ne me semble pas que les Chrétiens aient jamais posé des bombes dans les foules etc..

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Votre commentaire est tout à fait typique de ce que critique avec raison le pape. Loin de mettre sur un pied d’égalité les terroristes islamistes et les chrétiens en général , comme les musulmans, il fait bien la différence entre eux. Je vous recommande donc de relire mon texte avant d’avancer ce genre de réaction…

      Reply

  • Avatar

    Aimé COUQUET

    |

    Comme le chantait Guy Béart : “Le pape a dit la vérité, il faut l’exécuter !”
    J’ajoute, sur le terrorisme, le pape François a dit : “Je sais qu’il est dangereux de le dire, mais le terrorisme s’épanouit lorsqu’il n’y a pas d’autres options et lorsque l’argent devient dieu et que c’est lui qui est au centre de l’économie du monde et non de la personne. c’est la première forme du terrorisme. C’est du terrorisme contre toute l’humanité. Sur la guerre de religion, il a dit : “Quand je parle de guerre, je parle de guerre vraiment, non de guerre de religion, non. Il y a une guerre d’intérêts, il y a une guerre pour l’argent, il y a une guerre pour les ressources de la nature, il y a une guerre pour la domination des peuples : c’est cela la guerre.”
    Je n’ai pas l’habitude de citer le pape. Vous m’excuserez mais je partage.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Vous n’avez pas à vous excuser Aimé! Quelle idée … Ah une petite remarque: sur ces questions la parole du pape contrairement à ce que chante Béart n’est pas une parole doctrinale engageant l’Eglise. Nulle infaillibilité donc…

      Reply

  • Avatar

    Jean-Pierre PIBOULEAU

    |

    Définition d’un “identitaire de GAUCHE” svp ?

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Celui qui défend les thèses dénoncées dans ce billet Pierre.

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :