Contre-Regards

par Michel SANTO

Sur le pont de Carcassonne – de Narbonne – on n’y danse pas en rond | Contre-Regard.com

  Santon-Silvano-14_GF.jpg
 

Ainsi la lumière serait au bout du tunnel du pont de Carcassonne. C’est l’Indépendant qui l’affirme dans ce titre –  énigmatique  – d’un article paru hier. Bien entendu, je savais, jusqu’ici, qu’un pont pouvait porter une route (pont-route), une voie ferrée (pont-rail), un canal (pont-canal), une conduite d’eau…, mais  de là à supporter un tunnel ! Bref, ce moment de surprise passée, la lumière espérée s’est révélée bien faiblarde. Si le schéma « technique » pour la réalisation des travaux semble arrêté : transfert de la maîtrise d’ouvrage  de  l’État à la Ville, puis maîtrise d’oeuvre déléguée par cette dernière à la SNCF, pour le reste, c’est à dire l’essentiel : coût des travaux (très élevé !), garanties sur les financements de l’État (guère fixées) … , on est en plein brouillard. Et que dire de l’ambiance régnant sur le « pont » entre acteurs locaux de bords opposés. Le pontonnier en chef municipal tire à « boulets rouges » sur le paquebot du Grand Narbonne – qui snoberait son pont ! – ;  Jacques Bascou,  son « Grand Timonier », annonce illico 10 millions d’euros sortis des fonds de cales de l’État, on se sait par qui, ni comment ; les deux parlementaires, comme à leur habitude, naviguent au près des ministères et attendent des « lettres saluant leur travail » pour les livrer à la presse ; et la sous-préfète, qui, solide comme le Pont-Neuf, dans cette mare aux vilains petits canards, essaye de maintenir le cap de l’ordre et de la raison en attendant de pouvoir annoncer un « pont d’or »  à des partenaires obligés qui  « tirent des bords » dans tous les sens. Cela dit, les riverains et les usagers de ce pont d’entrée de ville peuvent être certain d’une chose: il passera nécessairement beaucoup d’eau  sous les ponts avant que toute la circulation soit rétablie sur celui de Carcassonne. Complexe et coûteux, ce chantier prendra du temps. Mais en attendant, le plus qu’ils puissent espérer est qu’un peu de lumière éclaire enfin des esprits aujourd’hui tout occupés à se chamailler. Allez, un peu de sérieux [1] : tout le monde sur le pont ! Et qu’on y danse;  mais en rond ! Ce que Didier Mouly n’entend pas faire, si j’en crois sa lettre ouverte du jeudi 15 septembre adressée à Jacques Bascou, dans laquelle il le traite implicitement d’incompétent tout en exigeant de lui une subvention de 2 millions d’euros ! Sans vouloir m’immiscer dans ce procès en incompétence, je voudrais toutefois faire observer à notre avocat-maire que la compétence « route » relève du seul Conseil Départemental. Et que, dans cette affaire, il s’est donc trompé de destinataire – perte de sang froid, erreur de sa secrétaire… ou incompétence !

NB : texte modifié le 15 septembre à 13h 30


[1] Ce que dans cette brève note je tiens à apporter : Oui ! le financement de l’État serait bien de 9,7 millions d’euros; et l’intérêt de ce schéma, qui donne la maîtrise d’ouvrage à la Ville, est de lui transférer aussi la responsabilité de la conduite des travaux. Une Ville qui voudrait engager des travaux de consolidation provisoires du pont courant 2017 – qui seraient financés sur ses fonds propres : ± 500 000€ – que ne voulait pas faire l’État pour des raisons de sécurité. La question – sécuritaire – demeure cependant… qui pourrait, dans la pire des hypothèses, voir le Préfet interdire toute circulation sur le pont, même consolidé à minima par la Ville…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]