Contre-Regards

par Michel SANTO

Tourisme en Narbonnaise : un camp d’été international des antinucléaires sous les oliviers !

Assis sur les gradins de la piscine du Palais du Travail, je  regardais ma petite fille faire des longueurs et des plongées sous la surveillance de son maître-nageur, en compagnie d’une jeune maman de ma connaissance qui surveillait la sienne, nouvelle venue dans ce bassin, inquiète et légèrement anxieuse. Nous bavardions de tout et de rien, quand « tout à trac », elle me demanda ce que je pensais du procédé Thor de l’usine de Malvési, m’informa de sa participation à toutes les manifestations, me fit part de sa peur, pour elle, son mari, son enfant et ses proches d’être les victimes d’un cancer ou de je ne sais plus quelle « grave maladie »… et de sa décision, parce que terriblement angoissée, de vendre sa maison de Narbonne située dans le couloir venteux de la « cheminée mortifère », objet de tous ses cauchemars, dont la construction a été récemment autorisée, après qu’elle eut été  validée par des experts sollicités par le préfet sur d’éventuels risques sanitaires, notamment. L’exemple même d’une personne victime d’une campagne de « com » sur le thème (je le résume à ma manière) : « demain, nous serons tous morts, atteints d’un cancer », me disais-je ; et impossible à raisonner, une de ses amies ayant l’intention, elle aussi, me précisa-t-elle, de fuir ces dangereuses fumées…

Et voilà que j’apprends, ce matin, lisant mon journal local, qu’un des agitateurs anti-nucléaires du cru, un nommé Hervé Loquais, secrétaire de « Sortir Du Nucléaire 11 » , organisait, du 6 au 12 août, des « rencontres d’été internationales antinucléaires », à proximité de Narbonne, sur un terrain privé planté d’oliviers, du côté de la Clape, où il attend une centaine de personnes venant du monde entier. Le chant des cigales  étant propice, à son dire, « aux rencontres informelles, aux échanges culturels et artistiques, aux siestes et petites fêtes » ; et pourquoi pas, en bonus, des concours  de pétanque en boules « équitables ».

Un camp et des petites fêtes qui, sans aucun doute, en pleine saison touristique, devraient assurer une belle promotion de la Narbonnaise et réjouir, les élus et les professionnels de ce secteur d’activité. Au premier rang duquel monsieur Bertrand, l’emblématique patron du château de l’Hospitalet, situé lui aussi dans la Clape, qui avait soutenu et cautionné les manifestations des « Anti-Thor ». S’attendait-il, en retour, à cette mise en lumière internationale de Malvési et du « nucléaire » à quelques petits kilomètres des plages et des vignes entourant son domaine ? Bref, une initiative qui me conforte dans l’idée que ces « militants », pour les plus radicaux d’entre eux, loin de rechercher la moins mauvaise solution – il n’y en a pas de pure et parfaite, comme en toutes choses – pour traiter les rejets nitratés de l’usine de Malvési, veulent en réalité la fermeture de cet établissement clef de la filière nucléaire française – ce qui, à court et moyen terme, est tout bonnement impensable –  ; et, pour ce faire, « jouent » sans états d’âme, sur les peurs et les nerfs des habitants concernés.

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio