Contre-Regards

par Michel SANTO

Trois “notes” sur un premier casting journalistique pour les prochaines municipales…

 

 
   

Pleine page dans “l’Indep” local sur les candidats potentiels aux prochaines élections municipales. Didier Mouly, le maire sortant, lui, s’était déjà publiquement déclaré, quant aux autres personnalités de ce casting journalistique : Catherine Bossis et Nicolas Sainte Cluque pour le PS – Cf mes analyses sur leur opposition de “ligne” et leur désir d’en découdre – et Alain Perea, le député LaREM – soucieux, bien évidemment, de “jouer un rôle” –, rien de nouveau  dans ce “dossier”, pour ceux qui lisent régulièrement ce blog, en tout cas. Les absents, par contre, étonnent, et je pense surtout et encore au PS et à Marie-Hélène Fabre en particulier. Sans compter, pour le moment, ceux du PCF, de La France Insoumise ou du Mouvement de monsieur Hamon. De ce côté là, comme on peut le constater, la bataille pour le leadership promet d’être rude.

Mais revenons à celle – de bataille – qui se livre au sein du Ps local. En sachant que la désignation du candidat se fera au scrutin direct de l’ensemble des adhérents du ressort communal, l’issue va forcément dépendre d’un combat interne entre Mesdames Fabre, Bossis et monsieur Sainte Cluque. “J’aime Narbonne”, entérinera !  Comme il ne fait aucun doute que du Congrès national du PS, quel que soit le nom du premier secrétaire qui en sortira, la ligne politique sera d’opposition claire à la majorité de LaREM, le jeu semble fermé pour la personnalité – on devine à qui je pense ! – qui présente des qualités disons “Macrono-compatible”.

Coincé entre la gauche de sa gauche (PCF, LFI, Hamonistes) et sa droite de la même (LaREM…), l’espace politique du PS et de son candidat, aujourd’hui, semble donc réduit au seul capital engrangé sur Narbonne par… la députée sortante et sortie Marie-Hélène Fabre – ce qui n’est pas rien ! Mais largement insuffisant pour espérer reprendre le “château”. À suivre…

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    camus thierry

    |

    Au delà des querelles partisanes et étant donné que les clivages politiques ont disparus , effondrement pour ne pas dire disparition du PS , droitisation extrême de la droite classique , les traitres locaux qui ont fait allégeance au Macronisme , les apparatchiks de tout poils qui cumulent les mandats , les citoyens Narbonnais ne savent plus à quel saint se vouer . L’idéal serai qu’une figure locale ou pas présente un projet cohérent et ambitieux pour cette ville qui végète depuis si longtemps dans sa médiocrité . Narbonne a des atouts extraordinaires , qui saura les exploitait ??????????? .

    Reply

Laisser un commentaire