Contre-Regards

par Michel SANTO

Un vin chilien partenaire officiel du Tour de France: les vignerons audois en colère. Mais pourquoi?

tdf_currentlogo

Depuis 2015, la cuvée Bicicleta du groupe chilien Cono Sur a été choisie par Amaury Sport Organisationl’organisateur de la Grande boucle– et ce jusqu’en 2017 comme le vin officiel pour figurer sur les étapes du Tour lorsque celui-ci fait étape à l’étranger –parce que la loi Evin empêche de le faire en France-. Cette année le vin chilien pourra donc faire sa promotion en Suisse, Andorre et en Espagne. Et non sur les routes de France, comme le laisse entendre Frédéric Rouanet, le président du syndicat départemental des vignerons de l’Aude, dans un cinglant communiqué de presse:

« C’est avec une profonde stupéfaction et une grande déception que nous avons appris que le vin officiel du Tour de France jusqu’en 2017 est Chilien. Cette situation est intolérable, d’autant plus que la retransmission mondiale du Tour de France assure une promotion inédite de notre pays à travers le monde, en constituant une véritable vitrine de notre patrimoine culturel et économique. Face à cette humiliation, nous avons étudié avec précision la carte des étapes du Tour de France 2016 et nous bloquerons celui-ci sur tout le territoire français à des points stratégiques. Nous appelons les autres régions productrices de vin à rejoindre notre mouvement. »

Non seulement les vins chiliens ne seront pas promus dans la caravane du Tour de France lorsqu’elle traversera nos vignobles audois et d’ailleurs, mais ce patrimoine cher à Frédéric Rouanet sera, comme chaque année, filmé et vue du ciel, par des millions de téléspectateurs. Une promotion gratuite de notre merveilleux patrimoine et de l’apport des viticulteurs, notamment, à son entretien, son embellissement…

J’ajoute que personne n’a interdit aux « vignerons » français de négocier un contrat de sponsoring pour être partenaire officiel du Tour de France. Il est vrai que cela représente un investissement d’environ 1,5 millions d’euros. La seule question qui est donc posée est celle de savoir pourquoi aucun  opérateur français n’a cru bon de présenter une offre de partenariat à la société organisatrice du Tour.  J’ai beau tourner dans tous les sens le communiqué de monsieur Rouanet, je n’en comprends ni les arguments ni la cible et encore moins son appel à bloquer certaines étapes du Tour (une contre publicité pour nos vins et nos vignobles…)

201602231963-full

Frédéric Rouanet président des vignerons audois/Photo DDM

Sur un plan plus anecdotique, je note que sur l’étiquette de la cuvée Bicicleta du groupe Cono figure une bicyclette rouge, qui n’est pas sans me rappeler la campagne de communication lancée par le groupe californien Gallo, premier producteur mondial de vins, qui s’était mis en tête de lancer un cru français à l’assaut des gondoles américaines. Ce groupe s’approvisionnait dans l’Aude, justement, où il avait signé un accord avec la cave des Sieurs d’Arques à Limoux. Ce vin rouge, vendu 10 dollars la bouteille, portait l’étiquette « Red Bicyclette » : on y voyait un cycliste coiffé d’un béret, portant une baguette de pain… Le vieux cliché du Français vu de l’étranger. Mais une opération qui, elle, s’est terminée devant les tribunaux… En effet, chaque année, de grandes quantités de vin de pays d’Oc, rebaptisés Pinot, étaient vendues en vrac par les caves au négociant Ducasse, puis par l’intermédiaire du metteur en marché elles parvenaient au négociant américain Gallo, qui les commercialisées sous son étiquette « red bicyclette » Pinot noir. Et ce alors que les quantités dépassaient largement la production de vrai pinot du Languedoc-Roussillon, qui ne s’élevait à l’époque qu’à quelque 50.000 hectolitres/an…


Photo: Frédéric Rouanet, source La Dépêche (ici)

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Articles récents

No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]
À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de l[Lire la suite]
Le nouvel ordre moral.

Le nouvel ordre moral.

Extrait du "Le nouvel ordre moral" par Christophe Carraud, qui signe, hélas !, le dernier numéro (le 47) de la Revue Conférence : "De même que la propagande va avec le repli (des années noire[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :