Une coupe dans le temps sur la plage des Ayguades…

 

Vendredi 26 février.

Il était assis, adossé à un rocher, et jouissait du lent écoulement du temps sous un ciel uniformément bleu. La mer s’agitait doucement sous les pieds de chevaux qui allaient noblement tout le long du rivage. Au loin, près de la ligne d’horizon, deux voiliers blancs jouaient comme à la ronde ; des enfants insouciants riaient et s’amusaient sur la plage. L’air était chaud pour un jour d’hiver. Pas un bruit : seul celui des vagues mollement absorbées par le sable. Il était là, face à la mer, et goûtait le calme et la quiétude de cette coupe dans le temps. À portée de mains et de songe, un phare. Éteint, il ne signale plus aucun danger à ceux qui s’en approchent.

 

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :