Contre-Regards

par Michel SANTO

Une obscure salle multimodale au cœur d’un ténébreux rapport d’orientation budgétaire!


Demain, conseil municipal avec à l’ordre du jour le rapport d’orientation budgétaire (D.O.B) pour l’année 2017. Un rapport un peu plus complet que le précédent examiné lors du dernier conseil, le 19 janvier –, et  dans lequel ne figuraient pas, opportunément, des informations financières cependant obligatoires. Un oubli évidemment intéressé qui, ajouté à celui de ne pas soumettre au vote de l’assemblée un « huis clos » sans motif sérieux, a motivé la décision du représentant de l’État de demander à Didier Mouly de convoquer à nouveau les élus municipaux.

C’est donc une nouvelle version d’un rapport originellement et intentionnellement bâclé, qui sera soumise au débat, ce mercredi des Cendres – un hasard de calendrier, et de circonstance : avant le 11e siècle, ce mercredi, en effet, était un jour de pénitence! Mais un document toujours aussi confus dont la lecture, surtout celle des informations financières rajoutées, donne toutefois du sens aux raisons « cachées » de la première version retoquée. Un tableau et quelques chiffres suffisent! Ainsi apprend-on que la capacité d’autofinancement nette prévue en 2017, après celle de 2016, sera tout aussi négative : – 1 500 000 € (j’arrondis) ; qu’il serait réalisé 3 800 000 € de cessions d’actifs (lesquels et quand ?), afin d’obtenir, finalement, une capacité d’autofinancement de 2 300 000 €, tout juste suffisante pour financer les investissements courants (voirie, etc.) Mais, le plus baroque, si puis dire, est l’accent mis sur la principale dépense d’investissement de ce mandat : « le projet-phare de construction d’une salle multimodale… », en regard de cette « ridicule » capacité d’autofinancement. Qu’on en juge ! D’abord, pour constater qu’est prévue une autorisation de programme de 23,5 M € (en peu de temps, ce projet de salle est ainsi passé de 18 M € à 23 M €), curieusement sans crédits de paiement, en 2017 (tiens donc!). Avec, en recettes, (là, je vous demanderai de ne pas rire!) de « l’autofinancement dégagé en 2017 », négatif pourtant, je le rappelle ; viennent ensuite des subventions sollicitées auprès du Grand Narbonne, du Conseil Départemental et de la Région, dont on connaît la proximité politique et l’intérêt que ces collectivités portent aux projets de Didier Mouly (j’ironise, on l’aura compris! ces demandes de subventions devraient être classées “en vertical”, autre nom de la « poubelle » en jargon administratif), et, pour compléter ces lumineux actifs, pour la plus grande joie des automobilistes narbonnais, un farfelu  « produit des amendes de police (1 M € par an) », suivi d’hypothétiques taxes d’urbanisme évaluées, en moyenne, à 850 000 € par an. Enfin, pour boucler le tout, un fantomatique emprunt , sans montant ni capacité de remboursement estimée pour le rembourser. Bref, un document d’orientation budgétaire sur des fins programmatiques et des moyens financiers volontairement fuligineux, dans lequel son inspirateur donne le sentiment de s’être inconsciemment perdu. Jeudi s’ouvre le temps du jeûne, celui du retour sur soi et du dépouillement. Loin des artifices et des vanités du pouvoir,  une invite à aller à l’essentiel. Répondre à cet appel, à défaut du nôtre, c’est tout ce que l’on puisse espérer de Didier Mouly et de son équipe…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Briot Laurence

    |

    (#128546#)

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

        Des hommes et des femmes qui défilent sur une avenue, dans la nuit, flambeaux tendus vers le ciel. Au premier plan, certains portent des gilets marqués du sigle d[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ?

Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand

    Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ? La question est rhétorique, évidemment, et la phrase faussement interrogative. Bertrand Malquier n’est [Lire la suite]
La démocratie peut-elle survivre à la haine?

La démocratie peut-elle survivre à la haine?

            Extraits de l'analyse de Dominique SCHNAPPER, publiée dans la revue en ligne TELOS. L'intégralité de texte est (ici) «Dans la démocratie,[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

  L'Indépendant. Cliquer sur l'image pour accéder au site du journal.    Le député du Rassemblement national, Louis Aliot, qui brigue la mairie de Perpignan, était avant-hier dans [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

      Et de huit ! Qui ? Un nommé Perello ! Son programme : « le plus plus gros » de tous les temps. Avec, en tête de gondole, une faculté de médecine ; la création de 10 000[Lire la suite]
"Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes…"

"Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes…"

      En 1840, dans « De la Démocratie en Amérique », Alexis de Tocqueville décrit le « despotisme nouveau » qui gangrène, à ses yeux, la démocratie naissante. Nos penseurs qui se p[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :