Contre-Regards

par Michel SANTO

Vive la crise!


Narbonne pète la santé et ses
commerçants du centre ville entendent nous le faire savoir par la voix de leur président qui, désormais, parle comme un employé municipal. Un effet sans doute de la mise à disposition d’un fonctionnaire territorial auprès de son association. Mais laissons cela de côté, qui n’a pas d’importance, pour nous réjouir de ce vent d’optimisme, qui nous porte à espérer :
« Qu’avec la santé, sous un ciel clément et avec ardeur, le coeur de ville entend battre très fort en 2010. ». Et à  nous persuader que nous vivons dans la seule ville du monde qui ne connaît pas et ne connaîtra jamais la crise. Sans nous préciser cependant que cela fait près d’un demi-siècle qu’elle cumule toutes les caractéristiques d’un territoire socialement déclassé et que la crise est chez elle une réalité de tous les jours. Un vent d’optimisme certes bienvenu en ce début d’année, mais qui finit, par habitude, par se colorer du vert de l’insouciance, et, par confort, par emporter tout esprit critique dans les basses eaux de la démagogie.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]
L’ardoise laissée par Sapin à Macron : 10 milliards à rembourser aux entreprises...

L’ardoise laissée par Sapin à Macron : 10 milliards à rembourser aux entreprises...

      Monsieur Piketty se répand dans tous les médias pour dire à quel point la réforme de l'assiette de l'ISF est une "faute historique", quand le sieur Sapin exige, lui, qu[Lire la suite]