Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. La plus vaste collection de cépages au monde à Gruissan…

la-filiere-viti-vinicole-a-rendez-vous-a-innovigne-vin

Enfin, la décision a été prise: la collection de cépages, unique au monde, située sur des terrains appartenant, anciennement au groupe Listel, dans l’Hérault, gérée par l’INRA sera transférée sur le site de la station de Pech Rouge, à Gruissan (1). Et  ce comme je le proposais déjà, dans les années 90, quand j’avais la responsabilité de la Recherche et des Transferts de Technologie, notamment, à la Région Languedoc Roussillon, crédits de la CEE à l’appui ! Pour la petite histoire, il est bon de rappeler que les délégués régionaux de l’INRA avec qui je « travaillais » de concert, durant ces années là, Alfred Conesa et Daniel Boulet, étaient de mon avis. Mais ils se heurtaient malheureusement à leur Direction Générale, et à sa tutelle ministérielle,  privée de moyens financiers pour accompagner ce transfert. Je constate aussi que les arguments avancés aujourd’hui pour justifier ce transfert sont exactement les mêmes que ceux que nous exposions à l’époque. Et que, jusqu’à aujourd’hui encore, des vignerons, notamment ont cru bon de se mobiliser contre… Comme le fait remarquer Midi Libre dans son édition du dimanche 24 janvier (2), qui chronique sur ce transfert, une pétition a réuni des milliers de signatures pour en dénoncer les risques. Ce qui n’est pas sans me rappeler les oppositions qu’il avait fallu vaincre alors pour créer le laboratoire de l’INRA et sa Halle de Technologie sur le plateau du Quatourze, à Narbonne. J’amenais pourtant, alors, l’ingénierie du projet,  les financements de la Région et de l’Europe; la Ville de Narbonne, quant à elle, apportait les terrains viabilisés. Finalement cette réalisation a été menée à bon port et tout le monde à présent s’en réjouit. Mais pour en revenir au transfert de cette fabuleuse collection de cépage, elle quittera donc Marseillan pour Gruissan, après qu’elle ait été inscrite dans le contrat État-Région 2015-2020, pour un montant de deux à trois millions d’euros. Il aura donc fallu 25 ans, pour obtenir l’accord de toutes les parties et mobiliser les premiers financements… 25 ans! Allez, l’heure n’est pas aux regrets; et que cette initiative voit enfin le jour ne peut que me réjouir…


(1) Voir aussi cet excellent article du Monde Magazine ( 2013 ) sur ce domaine de Vassal, et son transfert sur Pech-Rouge, à Gruissan.

(2) Voir aussi le très bon article consacré à ce sujet dans le Télégramme du 23 janvier (ici)

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Pantalonnades narbonnaises, suite...

Pantalonnades narbonnaises, suite...

    Monsieur Éric Parra, l’adjoint en charge du commerce, notamment, de ma charmante petite ville est très, très en colère. L’un de ses administrés, restaurateur de son état, serait [Lire la suite]
À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

Dans son billet politique, Frédéric Says, sur France Culture, ce matin, se plaignait du tarissement des sources d’information auprès desquelles ses confrères journalistes s’alimentaient sous la [Lire la suite]
Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

    Lors du dernier conseil municipal, Didier Mouly a fait un surprenant discours introductif de politique générale. Il y a notamment déclaré que l’actualité tant nationale que l[Lire la suite]