Contre-Regards

par Michel SANTO

Fleur Pellerin virée, c’est la vérité de son ministère qui est ainsi dévoilée!

Capture d’écran 2016-02-17 à 13.30.08

À quoi sert un (e) ministre de la Culture et de la Communication? À rien, à rien d’autre qu’à garantir la reconduction ou l’augmentation des dotations allouées, chaque année, à une centaine d’établissements publics et une centaine d’écoles supérieures concentrés en Île de France. Des positions de rente qui absorbent 70% à 80% d’un budget  qui tourne, d’une année sur l’autre, autour de 7 milliards d’euros. La part de l’audiovisuel public représentant à elle seule plus de la moitié des sommes distribuées (1)! Reste une marge de manoeuvre d’à peine un plus de 1 milliard, soit le budget de la métropole de Toulouse, pour soutenir ou engager des actions un tant soit peu originales… Le boulot, pour l’essentiel, consiste donc en un simple jeu d’écriture; et à flatter surtout un milieu profondément narcissique, votant plutôt à gauche et arc bouté sur des positions acquises depuis des lustres sous tous les gouvernements. Surtout ne pas faire bouger les lignes, était en vérité la feuille de route de François Hollande adressée à Fleur Pellerin:

Vois Jack Lang, il a des idées », « Va au spectacle. Tous les soirs, il faut que tu te tapes ça, et tu dis que « c’est bien », « que c’est beau ».

Ce qu’elle n’a pas compris, ou très mal fait! Le profil social et intellectuel de madame Pellerin pourtant: son visage et son parcours d’enfant abandonnée à Séoul, adoptée en France par des parents aimants, et pur produit de l’école de la République, tout en envoyant un certain message à la France d’aujourd’hui, était parfait et ne pouvait que convenir à ce petit milieu  autocentré de la musique, du cinéma et des grandes institutions et théâtres parisiens… Ce qu’elle a ostensiblement refusé de porter en épinglette, elle toujours d’une élégance si raffinée, si « bourgeoise »… Trop raide et trop sobre dans ses gestes et ses mots. Bref , elle n’a pas fait ce qu’on attendait d’elle, à l’Élysée et dans le monde de la « culture » (2) … Par innocence, sans doute. Celle d’une personnalité novice en politique qui ne croît pas encore qu’elle puisse se résumer à la société du spectacle.

Elle n’a pas compris aussi qu’il ne lui était pas demandé d’engager des actions pour permettre « à chacun d’éprouver sa sensibilité, … se construire comme individu et comme citoyen, de comprendre sa place dans la société et dans le monde… »; et « dans une période d’instabilité, de doutes, de questionnement sur l’identité et la nation, la culture est la religion d’une société laïque » de donner des clés d’explication, rebattre les cartes entre les générations et les gens issus de conditions sociales différentes, comme elle le pense nécessaire dans une interview donnée dans l’Obs. Cela, Fleur Pellerin, n’est pas le job d’une ministre de la Culture, mais celui de la ministre de l’Éducation, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, votre ancienne collègue, elle toujours en poste!

Pour s’être voilée la face sur ses réalités, madame Pellerin a été virée. Mais en agissant de la sorte, Monsieur Hollande a dévoilé la vérité de ce ministère. Il ne sert à rien sinon qu’à faire de la Communication. Comme son nom l’indique, il est au coeur de la société du spectacle… et la nourrit!

 

(1)  L’audiovisuel public représente à lui seul 3,85 milliards d’euros.

(2) Avec l’appui de Manuel Valls, elle a quand même pacifié le conflit des intermittents. Le président et les ministres peuvent à nouveau fréquenter les salles de spectacle sans se faire siffler ou huer… Encore que sa remplaçante n’a pas été à la fête, lors de sa première sortie aux Victoires de la Musique

 

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Joel Raimondi

    |

    Que ne fait on pas dire aux chiffres du budget de la culture ….Mme Pellerin a annoncé que L’enveloppe atteindrait 7,3 milliards d’euros en 2016 soit un peu plus que le fameux 1% du budget de l’Etat voulu par J Lang sous François Mitterrand …mais :
    1. Un budget de 3,4 milliards d’euros pour le seul ministère de la Culture et de la Communication en 2015
    2. Près de 4 milliards d’euros de dépenses culturelles dans les autres ministères
    3. Dépenses fiscales et taux réduits de tva contribuent à soutenir la culture
    4. Entreprises et ménages contribuent aussi par l’impôt
    5. En 2010, 7,6 milliards d’euros de dépenses culturelles des collectivités territoriales, dont près des trois quarts dans les communes et groupements de communes.. Ce chiffre a été en augmentation régulière depuis cf lien :
    http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Etudes-et-statistiques/Publications/Collections-de-synthese/Culture-chiffres-2007-2016/Les-depenses-culturelles-des-collectivites-territoriales-en-2010-CC-2014-3

    le (la) ministre est il simplement un VRP de l’establishment ? n’ayant plus les moyens de ses ambitions ni de vision politique ?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

La supplique de Didier Mouly aux candidats députés pour sa salle multimodale !…

La supplique de Didier Mouly aux candidats députés pour sa salle multimodale !…

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "la supplique de Didier Mouly aux candidats députés pour sa salle multimodale !…"     Vous pouvez agrandir l'image en cliquant[Lire la suite]
Luchini portraitise Macron !

Luchini portraitise Macron !

    Chaque fin de semaine, je passe en revue les blogs de mes "amis" – rares !  Chacun dans sa "spécialité" m'offre , sans le savoir, de quoi satisfaire ma curiosité intellectuel[Lire la suite]
Les élections législatives ! Un enjeu financier (aussi) lourd de conséquences pour les partis…

Les élections législatives ! Un enjeu financier (aussi) lourd de conséquences pour les partis…

En France, l'argent et la politique ne font pas bon ménage. Et pourtant les élections législatives (et sénatoriales), ou plutôt ses résultats, constituent la principale source du financement pub[Lire la suite]